BFM Business

Prélèvement à la source: pourquoi le système français n'est pas adapté

-

- - Philippe HUGUEN / AFP

Les récentes déclarations d’Emmanuel Macron ont semé le doute. Le prélèvement à la source pourrait être reporté. Certains économistes y sont favorables pour plusieurs raisons.

Le doute s'est installé autour du prélèvement à la source. Alors que Gérald Darmanin continue d'affirmer qu'il sera mis en place le 1er janvier 2019, Emmanuel Macron s'est montré moins affirmatif jeudi attendant « des réponses précises ». Le président de la République ira-t-il au bout de cette réforme ? Certains spécialistes économiques estiment en tout cas, que le prélèvement à la source n'est pas un bon système. C'est le cas de l'économiste, Christian Saint-Etienne.

« Sur le fond je n'ai jamais été favorable à cette réforme parce que le système français n'est pas le système anglais ou scandinave. Nous avons une politique familiale qui complexifie considérablement le prélevement à la source, ça n'existe pas ailleurs » a-t-il expliqué ce vendredi dans Good Morning Business.

« Deuxième chose : on l'a vu avec le RGPD et Facebook, les gens en ont marre que leurs données soient disséminées et personne n'a envie que son employeur connaisse son taux d'imposition. Ce contexte est nouveau » a encore analysé l'économiste.

Pour lui, « la seule justification est de préparer la fusion de la CSG et l'impôt sur le revenu. Je pense que ce n'est pas une bonne idée. La CSG fonctionne très bien. Généralement un mauvais impôt chasse le bon... on sait qu'il existe un substitut qui ne poserait aucun problème, c'est la mensualisation. Le gouvernement pourrait très bien le faire facilement et ça n'aurait aucune conséquence négative ».