BFM Business

Pour Hollande, "nous sommes tout près d’une sortie de crise en zone euro"

François Hollande propose également une Europe qui "avance à plusieurs vitesses"

François Hollande propose également une Europe qui "avance à plusieurs vitesses" - -

Dans une interview donnée au Monde, le président de la République estime que la situation de la Grèce doit être réglée "définitivement" et que l'Europe doit mettre d'urgence le cap sur la croissance.

Le président de la République s’exprime ainsi ce 17 octobre dans une longue interview accordée au journal Le Monde. Il estime que les décisions prises les 28 et 29 juin, à l’occasion du sommet européen, sont "bonnes" et qu’il faut les appliquer "rapidement".

Les mesures prioritaires, qui doivent selon lui être prises "d’ici la fin de l’année" : régler "définitivement la situation de la Grèce", faire en sorte que les pays qui ont fait des efforts puissent "se financer à des taux raisonnables", et mettre "en place l’union bancaire". A plus long terme, François Hollande considère que le grand chantier de 2013 sera "l’approfondissement de l’Union".

Pour autant, pas question de parler d'un gouvernement européen pour l'instant. En tout cas, pas avant les élections européennes de 2014. Le president français affirme ainsi que "l'union politique, c'est après, c'est l'étape qui suivra l'union budgétaire, l'union bancaire, l'union sociale"

Mais surtout, comme pendant sa campagne, il martèle que "l’Europe doit avoir comme objectif principal la croissance". Ce qui suppose de mettre en place les fameux project bonds, autrement dit, de "mobiliser des financements à l’échelle de l’Europe". La menace qui plane sur l’Europe "c’est autant la récession que les déficits !" observe François Hollande.

La coordination des politiques économiques européennes se résume, pour le chef de l’Etat français, à ce que les pays "en excédent" - comprenez l’Allemagne- augmentent les salaires et baissent leurs prélèvements. Ce qui serait "la meilleure expression de leur solidarité". Quant aux autres, ils ne méritent pas de "peine à perpétuité" alors qu’ils ont déjà fait "des efforts considérables".

Pour revenir à du concret, le président français propose "une Europe qui avance à plusieurs vitesses", un "Eurogroupe" renforcé, et une "réunion mensuelle des dirigeants de la zone euro" pour éviter à l’Europe d’être "en retard". "Finissons-en avec ces sommets soi-disants de la dernières chances, ces réunions historiques, ces rendez-vous exceptionnels... qui n'ont débouché que sur des succès éphémères" appelle de ses voeux François Hollande.

Nina Godart