BFM Business

Pour Hervé Morin, une baisse des impôts de production à la carte entre les régions serait une "très mauvaise idée"

Sur BFM Business, le président de la région Normandie explique qu'il n'est pas hostile à cette baisse mais pour l'ancien ministre, elle doit être la même partout pour éviter un dumping fiscal entre les régions.

Les régions semblent vent debout contre la baisse des impôts de production des entreprises n'est pas si uni que ça. "Nous ne voulons pas entendre parler de baisse d'impôts de production" assène le président de l'association Régions de France Renaud Muselier. 

Rappelons que les impôts de production sont perçus essentiellement par les collectivités. Supprimer ou baisser ces impôts comme le réclame Bercy pour améliorer la compétitivité des entreprises laisserait donc un gros trou dans les finances locales même si Bercy a promis de compenser au centime près.

Mais le front n'est pas si uni que ça. Sur BFM Business, Hervé Morin, président de la région Normandie indique: "il y a un sujet, celui de la capacité de l'industrie française d'être compétitive avec ses homologues européens".

"On nous dit que les impôts de production sont un facteur compliqué pour les entreprises françaises. Dès lors, les baisser, j'allais dire pourquoi pas", explique l'ancien ministre de la Défense.

Obtenir une part de la TVA

Hervé Morin estime néanmoins que cette baisse doit amener "une autre ressource pour permettre aux régions d'assurer leurs missions (transports, formations, emploi..., NDLR) et donc en clair (...) on a une part de TVA ou d'une ressource qui ne pèse pas sur les entreprises, pourquoi pas".

Par contre, l'idée d'une baisse de ces impôts à la carte, en fonction des régions, serait "une très mauvaise idée" pour le président. Selon lui, cela créerait "de la concurrence entre les territoires à partir de dispositifs fiscaux". Or, cette idée est défendue par Valérie Pécresse (Ile-de-France) et Xavier Bertrand (Hauts-de-France) pour attirer les entreprises sur leurs territoires.

La "bonne régionalisation", ce n'est "pas créer des conditions qui amèneraient en quelque sorte les régions les plus riches à pouvoir faire du dumping fiscal plus élevé que la région pour qui les ressources sont plus rares. On aurait des équations extrêmement simples, celles d'entreprises qui décideraient de relocaliser une partie de leur activité quelques kilomètres plus loin pour bénéficier d'un avantage fiscal".

Et de conclure: "il faut qu'il y ait une baisse de tous les impôts de production dans toutes les régions et que ces impôts de production soient compensées par une ressource pour permettre aux collectivités de pouvoir continuer leurs missions". 

Olivier Chicheportiche