BFM Business

Polémiques autour du déficit public

Jean-Marc Ayrault a assuré que le discours de l'UMP ne correspond pas à la réalité.

Jean-Marc Ayrault a assuré que le discours de l'UMP ne correspond pas à la réalité. - -

Les députés UMP ont, dans un rapport publié mardi 25 juin, estimé que le déficit public atteindrait 4% cette année, au lieu des 3,7% prévus par le gouvernement. Ce qui provoque l'ire du Parti Socialiste et de l'exécutif.

En dévoilant ce mardi 25 juin, leurs propres prévisions de déficit, les députés UMP et UDI ont logiquement provoqué la colère de la majorité.

Et pour cause: selon leurs calculs, le déficit public atteindrait 4% du PIB cette année au lieu des 3,7% visés par le gouvernement. L'écart serait ainsi de 18,4 milliards (61,6 milliards contre 80 milliards d'euros). Du coup, Gilles Carrez, le président UMP de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, réclame "une opération vérité". Et un collectif budgétaire dans les prochaines semaines.

.@jeanmarcayrault: «le discours de Gilles Carrez ne correspond pas à la réalité»
— Matignon (@Matignon) June 25, 2013

"Le discours de Gilles Carrez ne correspond pas à la réalité, a réagi Jean-Marc Ayrault lors de la séance de questions au gouvernement, ce mardi 25 juin.

"Si nous n'avions pas pris les mesures fiscales que nous avons prises, c'est 5,3% de déficit qu'on aurait constaté à la fin de l'année 2012 et non pas 4,8%", a précisé Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, au sein de l'hémicycle de l'Assemblée nationale lors des questions au gouvernement. "Nous allons continuer dans cette perspective de sérieux budgétaire", a-t-il ajouté.

De son côté, le rapporteur du Budget, Christian Eckert a contesté ces chiffres. "C'est évidemment bien exagéré", a fait valoir l'élu PS de Meurthe-et-Moselle. "Nous avons un certain nombre de recettes qui ne sont pas complètement assurées. En période de crise, il est normal que la TVA entre moins bien que cela a pu être le cas", mais "il n'y a pas d'impasse budgétaire".

La droite a "des problèmes de calculettes"

Plus lapidaire, le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici a jugé, sur RTL, que les députés UMP sont "singulièrement gonflés". " Là où il y a un énorme mensonge de la part de la droite, c'est sur le fait que contrairement à eux, nous tenons les dépenses" a-t-il ajouté. "La dépense de l'Etat a été maîtrisée en 2012, elle sera maîtrisée en 2013."

Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux a lui estimé sur France Info que la "droite a des problèmes de calculettes". "Je ne comprends pas aujourd'hui cette suspicion qu'on fait peser sur l'entreprise de redressement que nous avons entamée depuis un an", a-t-il insisté.

Dans un communiqué, le vice-président PS de la Commission des Finances Pierre-Alain Muet parle "d'une présentation démagogique, car brandir un chiffre de 20 milliards en évoquant une dérive est choquant (..) Ces propos quelque peu démagogiques montrent que sur ce sujet, la droite n'a rien appris et rien compris".

A LIRE AUSSI
>> Déficit: Gilles Carrez conteste la vision du gouvernement
>> Ayrault: "les dépenses vont baisser de 1,5 milliard comme prévu"

Julien Marion et Yann Duvert