BFM Business

Plongeon sans précédent des PIB européens au deuxième trimestre

-

- - Frederick Florin / AFP

Les Pays-Bas, la Pologne, la Hongrie, la Bulgarie, la Roumanie, le Danemark, la Finlande et le Portugal enregistrent un recul historique de leurs PIB respectifs.

Des Pays-Bas à la Bulgarie en passant par le Portugal, les pays européens enregistrent un recul historique de leurs PIB au deuxième trimestre, selon les chiffres publiés ce vendredi par les instituts statistiques nationaux de plusieurs d'entre eux.

  • Pays-Bas

Les Pays-Bas ont connu au deuxième trimestre le plus important recul de leur PIB jamais enregistré. Selon une première estimation officielle de l'Office central des statistiques (CBS), le PIB néerlandais a chuté de 8,5% par rapport au trimestre précédent. La forte baisse de la consommation des ménages, qui ont dépensé 10,4% de moins au deuxième trimestre, serait responsable de la moitié de la chute du PIB. Au premier trimestre, le PIB avait baissé de 1,5% par rapport au trimestre antérieur.

  • Pologne

Avec une chute du PIB de 8,9% d'un trimestre à l'autre, la Pologne est entrée officiellement en récession pour la première fois depuis le communisme selon le Bureau national des statistiques (GUS). L'économie polonaise, qui connaît une croissance ininterrompue depuis le passage à l'économie de marché il y a 30 ans, a néanmoins moins souffert de la pandémie que celles des autres pays de la région. Au 1er trimestre, le PIB polonais avait baissé de 0,4% par rapport au trimestre précédent.

  • Hongrie

La Hongrie a enregistré un recul historique de 14,5% de son PIB au deuxième trimestre, selon l'institut statistique de référence. C'est l'un des plus mauvais résultats économiques constatés dans le pays depuis la transition vers l'économie de marché après 1989. Plus importante que prévue, l'arrêt brutal de la croissance hongroise – l'une de celles qui a tiré la croissance de toute l'UE ces dernières années – a principalement touché le secteur des services et celui de l'industrie.

  • Bulgarie

Plus au sud, le PIB de la Bulgarie, lui, chute de 9,8% au deuxième trimestre, selon l'institut statistique national. À l'image des pays voisins, il s'agit de l'un des plus mauvais chiffres depuis la sortie du communisme, ravivant le souvenir de la grave crise traversée par la Bulgarie en 1997, avec un PIB en chute de 10,1% au premier trimestre de cette année-là.

  • Roumanie

La Roumanie a enregistré un recul de 12,3% de son PIB au deuxième trimestre, selon l'institut statistique national. De même que la Pologne, la Hongrie et la Roumanie, il s'agit encore de l'un des plus mauvais résultats économiques depuis la transition vers l'économie de marché et l'entrée dans l'Union européenne. Les exportations ont chuté de 18% entre les mois d'avril et de juin.

  • Danemark

Selon des premières estimations, l'économie danoise s'est contractée de 7,4% au deuxième trimestre par rapport à la période précédente – un repli qualifié d'historique par l'institut statistique national (DST). Bien que, comme les autres pays nordiques, le pays s'en sorte mieux que beaucoup d'autres pays européens, le Danemark vit "de loin la plus forte baisse depuis le début de l'établissement des comptes nationaux trimestriels au début des années 90", a relevé le DST dans un communiqué.

  • Finlande

La Finlande, qui a suivi la même politique de "semi-confinement" que le Danemark, a constaté une baisse du PIB plus faible que prévu, à 3,2% au deuxième trimestre. Ces chiffres provisoires pourraient néanmoins cacher une mauvaise surprise: les petites entreprises du secteur des services, susceptibles d'avoir supporté une grande partie du choc économique du coronavirus, pourraient en être exclues pour le moment. Des chiffres définitifs sont attendus à la fin août.

  • Portugal

Le Portugal est entré en récession au deuxième trimestre avec une chute du PIB de 13,9% d'un trimestre à l'autre, un record historique, selon l'Institut national des statistiques (Ine). Ces chiffres s'expliquent notamment par un recul de la demande intérieure et par "la baisse des exportations de biens et services en raison de la quasi interruption du tourisme des non-résidents". Les exportations de biens et services se sont en effet effondrées de 39,6% en glissement annuel.

J. B. avec AFP