BFM Business

Pierre Moscovici : "les hausses d'impôts, une politique périmée"

Le ministre de l'Economie réaffirme dans un quotidien allemand l'objectif de réduction du déficit à 3% du PIB en 2013

Le ministre de l'Economie réaffirme dans un quotidien allemand l'objectif de réduction du déficit à 3% du PIB en 2013 - -

Dans une tribune publiée le 27 décembre dans le quotidien allemand Handelsblatt, le ministre français de l’Economie a réaffirmé que la France avait le "devoir" d'inverser des années de déficit budgétaire".

Tandis que le Fonds monétaire international met en doute l’objectif de réduction du déficit de la France à 3%, Pierre Moscovici persiste. Pour le ministre français de l’Economie et des Finances, il est du "devoir" de la France de revenir à des finances saines. Il s’exprimait ainsi ce jeudi dans une tribune parue dans le quotidien économique allemand Handelsblatt.

"La France n'a pas adopté de budget à l'équilibre depuis 30 ans et la dette publique a atteint le chiffre intolérable de 1 700 milliards d'euros en 2011. Il est de notre devoir d'inverser la tendance", martèle ainsi le ministre.

Maintien de l'objectif de réduction du déficit

Pierre Moscovici reconnaît que l’objectif de ramener le déficit public français sous les 3% en 2013 est "ambitieux". Mais cela reste le but du gouvernement, avant de commencer à réduire la dette à proprement parler en 2014.

Il a également qualifié les "hausse des impôts et des dépenses publiques" de "politique périmée", et a assuré que ce n’était pas de cette façon que le gouvernement comptait procéder désormais.

Vendredi, le FMI avait affirmé que la France ne parviendrait pas à ramener son déficit à 3% du PIB l’année prochaine. Tout au plus, il estime qu’elle arrivera à atteindre les 3,5%, comme ce que prévoit la Commission européenne.

BFMbusiness.com