BFM Business

Pascal Lamy: Emmanuel Macron donne "un coup de jeune" au gouvernement

-

- - BFMTV

L'ancien directeur général de l'OMC et membre du PS était l'invité de BFMTV-RMC, ce vendredi 29 août. Il est revenu sur le remaniement ministériel et sur la vision française de la mondialisation.

Pascal Lamy ne perd pas son franc-parler. Invité sur BFMTV- RMC, ce vendredi 29 août, l'ancien directeur général de l'OMC est revenu sur la mondialisation et a aussi indiqué qu'il ne voulait pas faire partie du nouveau gouvernement de Manuel Valls.

#La décision: "je préfère faire autre chose qu'être membre du gouvernement"

A la question "avez-vous été sollicités pour entrer au gouvernement", Pascal Lamy a rappelé que bien avant le remaniement ministériel, il avait expliqué qu'il "préfère faire autre chose qu'être membre du gouvernement". "Il faut faire de la place aux jeunes. On ne peut pas entretenir cette gérontocratie politique qui nous met au même niveau du Japon dans la manière d'entretenir les politiques", a-t-il notamment argué.

#Le bon point: avec Macron "il y a un coup de jeune"

Justement, Pascal Lamy considère que l'arrivée d'Emmanuel Macron au gouvernement peut faire souffler un vent nouveau. "Là il y a un coup de jeune", a-t-il ainsi jugé. De l'ancien conseiller économique de François Hollande, Pascal Lamy dit le plus grand bien. "C'est un ami depuis très longtemps. C'est un promotion très rapide mais méritée"/"C'est un socialiste moderne", a-t-il ajouté, en indiquant partagé sa vision sur les 35 heures."Quand on a le niveau de chômage de notre pays il faut s'interroger sur les tabous",a-t-il considéré.

#La révélation: "je n'ai pas été invité" à La Rochelle

Alors que l'université d'été du PS doit se tenir ce week-end, Pascal Lamy a indiqué "ne pas avoir été invité cette année". "Et je ne m'impose quand je ne suis pas invité", a-t-il affirmé.

#La phrase "aides-toi et l'Europe t'aidera"

L'ancien directeur de l'OMC s'est exprimé sur la mondialisation, jugeant, comme à son habitude, que "notre pays a des difficultés avec la mondialisation". "Nous sommes le seul pays à ne considérer ce monde que comme une catastrophe qui l'entoure". Et d'ajouter que la classe politique a tendance à juger "qu'il faut d'abord changer le monde avant de changer la France". Mais il reconnait que le changement se profile, considérant notamment qu'au niveau européen le leitmotiv "aides-toi et l'Europe t'aidera" doit prévaloir

#L'abnégation: "il faut trouver des solutions spécifiques au chômage des jeunes"

Pascal Lamy confirme ses propos prononcés en mars, qui avait fait polémique." Je maintiens qu'il faut trouver des solutions spécifiques pour les jeunes (sur le chômage, ndlr). Même en les payant moins que le Smic".

"Je crois qu'il faut aller jusque-là, je sais bien que cela peut paraître provoquant mais il faut appeler un chat un chat", a-t-il ensuite déclaré.

J.M.