BFM Business

"Pas de modèle allemand pour la France" selon l'ambassadeur d'Allemagne

L'ambassadeur d'Allemagne à Paris, Susanne Wasum-Rainer, a accompagné les investisseurs allemands invités par l'Elysée.

L'ambassadeur d'Allemagne à Paris, Susanne Wasum-Rainer, a accompagné les investisseurs allemands invités par l'Elysée. - -

Susanne Wasum-Rainer, l'ambassadeur d'Allemagne, invitée de BFM Business ce lundi 17 février, s'est montrée optimiste sur les déclarations de François Hollande concernant la compétitivité française.

Alors que doit se tenir mercredi 19 février un Conseil des ministres franco-allemand, Susanne Wasum-Rainer, ambassadeur d'Allemagne à Paris, était l'invitée de BFM Business, ce lundi 17 février.

Selon elle, l'enthousiasme n'est pas retombé, Outre-Rhin, après les annonces de François Hollande concernant le pacte de responsabilité au mois de janvier: "Ce discours et les mesures déjà prises sont satisfaisantes", a-t-elle déclaré.

"Le ministre des Affaires étrangères allemand a parlé d'un modèle européen" après l'intervention du Président, a-t-elle également rappelé. "Nous attendons maintenant, avec l'aide des entreprises, de pouvoir sortir nos grands pays de cette crise où nous nous trouvons encore."

Les remèdes allemands inadaptés à la France

Plus étonnant, elle a également estimé qu'"il n'y a certainement pas de modèle allemand pour la France. Les deux systèmes sont tellement différents que je ne vois pas comment appliquer des remèdes trouvés en Allemagne aux autres pays."

"Il y a dix ans, quand on parlait de l'homme malade de l'Europe, on parlait de l'Allemagne", a-t-elle ajouté. "Nous avons toujours eu des périodes ou l'un était plus fort que l'autre".

L'ambassadeur, qui a rencontré les investisseurs de son pays, présents ce matin au conseil stratégique de l'attractivité à l'Elysée, a reconnu que ce qu'il leur faisait le plus peur était "le manque de flexibilité du marché du travail, et l'instabilité de la fiscalité."

Le salaire minimum allemand n'aidera pas la compétitivité

Le prix du travail est également plus élevé dans l'Hexagone. Susanne Wasum-Rainer a précisé le calendrier de mise en place d'un salaire minimal Outre-Rhin, qui devrait être effectif "au premier janvier 2015".

Mais elle a prévenu que les effets seraient mineurs sur la compétitivité entre les deux pays: "Les entreprises exportatrices ont déjà adopté des salaires minimums plus élevés".

C'est par exemple le cas dans l'agriculture depuis cette année, même si l'ambassadeur a reconnu qu'il "y avait un abus de certaines règles" européennes dans ce secteur.

Les ministres des deux pays devraient sortir de la réunion de mercredi avec des propositions "concrètes". L'ambassadeur s'est en revanche déjà prononcé sur la question de l'euro fort: "Il ne faut pas essayer de surpasser les problèmes de compétitivité à travers la valeur de la monnaie commune."

J.S