BFM Business

Pacte de responsabilité : "Un nouveau cadeau aux entreprises", craint le Parti de Gauche

Le gouvernement serait prêt à supprimer une partie ou l'intégralité des cotisations familiales payées par les entreprises.

Le gouvernement serait prêt à supprimer une partie ou l'intégralité des cotisations familiales payées par les entreprises. - -

François Delapierre, secrétaire national du Parti de gauche, estime que le pacte de responsabilité "n'est pas bon signe". Inversement, l'UMP se félicite de la mesure.

Un "pacte de responsabilité" avec une baisse des charges et une simplification administrative. Et en contrepartie, des embauches et un meilleur dialogue social. c'est le "deal" proposé aux entreprises par François Hollande lors de ses vœux du 31 décembre.
Le gouvernement serait prêt à supprimer une partie ou l'intégralité des cotisations familiales payées par les entreprises (35 milliards selon Le Figaro, 25 milliards d'euros selon France2), sous réserve d'un accord avec les partenaires sociaux.
Une mesure dont François Delapierre, secrétaire national du Parti de Gauche, se "méfie" : pour lui, que le Medef ait "applaudi" la mesure "n’est pas bon signe". François Delapierre craint "un mot ronflant pour dissimuler un nouveau cadeau fait aux entreprises". Il ne voit pas du tout François Hollande "tenir tête au Medef". Il conclut : "J’attends de voir le contenu, on a vu en 2013 un président qui cède dès que le Medef hausse le ton".

"Une bonne chose"

A l'inverse, pour Gilles Carrez, député UMP et président de la commission des finances, il était temps de baisser les charges patronales : "François Hollande se rend enfin compte que si les marges de nos entreprises sont aussi faibles, et si elles restent confrontées à l’instabilité fiscale et au manque de visibilité, il n’y a aucune chance qu’elles réengagent un processus vertueux d’investissement et d’embauches, c'est donc une bonne chose" se félicite le député.

Le titre de l'encadré ici

|||Pacte de responsabilité : bon pour l'économie ?

La rédaction avec P. Rigo