BFM Business

Pacte budgétaire : Hollande et Merkel campent sur leurs positions

BFM Business

François Hollande a affirmé qu'il aurait "une discussion ferme et amicale" avec Angela Merkel s'il est élu. Une déclaration peu appréciée par l'Allemagne, qui estime que, privée de son triple A, la France devrait faire profil bas.

Interrogé sur un éventuel clash avec la chancelière allemande, notamment sur la renégociation des traités européens, François Hollande a affirmé : "Nous ne sommes pas là pour créer des conflits mais nous ne sommes pas pour dissimuler non plus des interprétations différentes ou des positions dissemblables, donc j'aurais", en cas d'élection, "à ouvrir cette discussion ferme et amicale avec Madame Merkel".

Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a plaidé ce mercredi pour un nouveau "pacte de croissance", faisant écho aux préoccupations du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande, mais s'est opposé à toute dérive budgétaire.

Mario Draghi préconise des réformes structurelles en zone euro, comme une flexibilisation accrue du marché du travail, pour améliorer la compétivité des Etats et non une relance par les dépenses publiques. Angela Merkel et François Hollande ont aussitôt salué ces propos, alors que leurs positions divergent sur la façon de soutenir la croissance en zone euro.