BFM Business

Nicolas Sarkozy nie tout désaccord franco-allemand

Après un dîner à l'Elysée avec le nouveau Premier ministre britannique, Nicolas Sarkozy a assuré que la France et l'Allemagne étaient solidaires face à la crise de la zone euro. David Cameron a ajouté qu'il était dans l'intérêt de Londres que l'euro soit

Après un dîner à l'Elysée avec le nouveau Premier ministre britannique, Nicolas Sarkozy a assuré que la France et l'Allemagne étaient solidaires face à la crise de la zone euro. David Cameron a ajouté qu'il était dans l'intérêt de Londres que l'euro soit - -

PARIS - Nicolas Sarkozy a nié jeudi l'existence de désaccords franco-allemands sur la réponse à la crise de la zone euro et indiqué qu'il était...

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a nié jeudi l'existence de désaccords franco-allemands sur la réponse à la crise de la zone euro et indiqué qu'il était pour sanctionner les pays de la zone euro laissant filer leurs déficits, comme le gouvernement allemand.

S'exprimant devant la presse après un dîner avec le nouveau Premier ministre britannique David Cameron, il a dit avoir déclaré à la chancelière Angela Merkel, lors d'un entretien téléphonique, qu'"il ne (pouvait) pas y avoir de désaccords entre l'Allemagne et la France sur des sujets de cette importance".

Il était interrogé sur la mise en place du mécanisme européen de stabilisation financière et sur la décision unilatérale de l'Allemagne d'interdire les ventes à découvert de titres de dette d'Etats européens.

"Nous n'avons pas de désaccords ensemble", a-t-il ajouté en soulignant qu'il avait des contacts "quasiment quotidiens" avec la chancelière allemande.

David Cameron a indiqué de son côté qu'il était de l'intérêt de la Grande-Bretagne que "l'euro soit une monnaie forte".

Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry, édité par Thierry Lévêque