BFM Business

Nicolas Doze: "Pourquoi le revenu universel n’est pas réalisable"

L’éditorialiste de BFMTV et BFM Business est revenu, ce lundi, sur le projet phare de Benoît Hamon. Et selon lui, celui-ci ne verra jamais le jour.

Dès l’annonce des résultats du premier tour de la primaire à gauche, dimanche 22 janvier, Manuel Valls a choisi l’offensive. L’angle d’attaque est clair: le projet de Benoît Hamon, arrivé en tête, est "irréalisable". Avec, dans le viseur, le revenu universel, que l’ancien Premier ministre estime impossible à financer.

À raison, selon Nicolas Doze, éditorialiste à BFMTV et BFM Business. "Il y a trois étages dans la fusée Hamon", estime-t-il. "Premier étage: on revalorise les minimas sociaux de 10%. C’est faisable, ça donne un RSA à 600 euros. Deuxième étage: on donne 600 euros à tous les jeunes de 18 à 25 ans: c’est faisable, mais c’est plus compliqué".

"Ce que propose Manuel Valls est faisable"

Pour le chroniqueur, c’est ensuite que le bât blesse. "Troisième étage: un revenu universel à 750 euros par mois pour tout le monde, sans condition de ressources", estimé à "20 points de PIB, soit 400 milliards d’euros".

"On a 600 milliards d’euros de dépenses sociales, est-ce qu’on peut en ajouter 400? Deuxièmement, on a l’un des taux de prélèvements obligatoires les plus élevés du monde. Peut-on l’alourdir de plusieurs centaines de milliards d’euros? C’est une mesure annoncée, mais destinée à ne jamais être appliquée" assure Nicolas Doze.

Le projet de "revenu décent", proposé par Manuel Valls, trouve lui grâce à ses yeux. "Ce que propose Manuel Valls est faisable, il s’agit juste d’une mesure de simplification qui est inscrite dans un rapport de Christophe Sirugue (PS). Celui-ci avait imaginé la fusion de 10 minimas sociaux (…) dans une allocation unique. Il lui a donné un nom: le revenu décent".