BFM Business

Moscovici répond à l'Insee : « Pas de raison de revoir la croissance à la baisse »

-

- - -

Le ministre des Finances Pierre Moscovici estime qu'il n'y avait pas de raison de changer de prévision de croissance aujourd'hui malgré la publication par l'Insee de prévisions plus pessimistes pour le 3e trimestre.

Le ministre des Finances Pierre Moscovici a estimé qu'il n'y avait pas de raison aujourd'hui de revoir la croissance à la baisse malgré la publication, vendredi, par l'Insee, de prévisions plus pessimistes pour le troisième trimestre.
« Aujourd'hui, il n'y a pas de raison de changer la prévision de croissance », a déclaré le patron de Bercy à journalistes, à l'occasion d'un déplacement à l'aéroport d'Orly. Le gouvernement table sur une croissance du Produit intérieur brut (PIB) de 0,8% pour l'année 2013.

« J'ai confiance en la zone euro »

« Je maintiens 0,8% », insiste Pierre Moscovici, tout en reconnaissant une situation difficile : « J'ai toujours dit que c'était une prévision volontariste mais je suis volontariste parce que j'ai confiance en la zone euro, parce que j'ai confiance en l'économie française ».
Le ministre était interrogé alors que l'Insee a annoncé vendredi matin avoir révisé à la baisse sa prévision de croissance pour le troisième trimestre 2012 à 0,1%, contre une précédente estimation de 0,2%.
Cette nouvelle prévision rend difficilement accessible l'objectif final et officiel de 0,3% de croissance en 2012, car il faudrait 0,7% de croissance au quatrième trimestre pour y parvenir.
Or l'Insee a prévu dans sa dernière note de conjoncture publiée le 20 décembre un PIB des trois derniers mois de l'année de 0,2% inférieur à celui des trois mois précédents.
La semaine dernière, elle avait ainsi estimé que l'économie française allait commencer l'année 2013 sans aucun élan de croissance et qu'elle continuerait à détruire des emplois au premier semestre. L'Insee ne prévoyait toutefois pas de récession d'ici à juin.

La Rédaction, avec AFP