BFM Business

Terres rares: comment les États-Unis vont réduire leur dépendance vis-à-vis de la Chine

Le cobalt est ici extrait du Congo pour être exporté en Chine où il est traité et raffiné.

Le cobalt est ici extrait du Congo pour être exporté en Chine où il est traité et raffiné. - Samir Tounsi-AFP

Washington a dévoilé un ambitieux plan pour garantir l'approvisionnement du pays en métaux stratégiques et notamment en terres rares auxquelles la Chine a menacé de restreindre l'accès. Pour 14 des 35 matériaux identifiés, les États-Unis dépendent à 100% d'importations.

L'Amérique ne veut plus dépendre à 100% d'importations pour certains métaux stratégiques et nécessaires à son industrie. Le gouvernement fédéral américain lance un vaste plan pour s'assurer que les États-Unis ne seront pas coupés de 35 éléments stratégiques dont l'uranium, le titane et les terres rares (tungstène, cobalt, graphite...) pour lesquels ils sont dépendants de l'étranger et de la Chine en particulier. 

La Chine n'est pas seulement le premier producteur de terres rares au monde, elle en est aussi et surtout le premier raffineur. Washington dépend très largement du géant asiatique pour son approvisionnement en métaux indispensables que l'on retrouve dans les smartphones, les écrans plasma, les véhicules électriques mais aussi dans l'armement.

Une offensive déclinée en 6 plans d'action

Le constat dressé par l'administration Trump rappelle que pour 14 des 35 matériaux détaillés sur la liste, "les États-Unis n'ont aucune production nationale et dépendent complètement des importations",

Pour éviter de dépendre de la Chine dans un contexte de vives tensions commerciales entre les deux super-puissances, l'administration Trump a bâti une stratégie avec six plans d'action. Washington compte accélérer la recherche, le développement et le déploiement de méthodes de recyclage et de réutilisation de ces minéraux stratégiques, trouver des alternatives et aussi diversifier l'approvisionnement et améliorer les processus d'extraction, de séparation et de purification.

Les Etats-Unis veulent recenser ses ressources naturelles

De fait pour certains des minéraux concernés, les États-Unis disposent bien de la matière première mais pas du savoir-faire pour les rendre utilisables par l'industrie. Ils en sont même réduits à exporter des terres rares extraites de leur sol vers la Chine pour y être transformées.

Washington compte aussi renforcer la coopération et améliorer le commerce international de ces minéraux avec ses alliés. Le plan stratégique prévoit également de faire un recensement précis des ressources naturelles disponibles dans le pays pour pouvoir les exploiter mais il compte aussi faire la nomenclature de sources d'approvisionnement moins traditionnelles, comme l'extraction à partir de l'eau de mer ou de déchets du charbon.

L'administration Trump veut enfin s'assurer que le pays disposera de la main-d'oeuvre qualifiée nécessaire pour mener à bien son projet et bâtir une base industrielle nationale solide.

Frédéric Bergé avec AFP