BFM Business

En Chine, ce planétarium géant est bâti à partir d'une maquette 100% numérique

Le planétarium de Shanghai est doté d'un dôme couvrant 38 000 mètres carrés.

Le planétarium de Shanghai est doté d'un dôme couvrant 38 000 mètres carrés. - Cabinet d'architecte Ennead

La construction du futur planétarium de Shanghai repose à 100% sur une maquette 3D numérique partagée entre tous les intervenants techniques du chantier. En Chine, des subventions incitent les grands projets architecturaux à recourir à cette technologie qui promet de réduire les délais de réalisation et prévient les malfaçons.

Le secteur de la construction et du BTP vit une révolution technologique qui bouleverse ses métiers à tous les niveaux. Les plans sur papier cèdent de plus en plus la place à la maquette numérique 3D du bâtiment à construire, le BIM (building information modeling).

Ce référentiel unique interactif et évolutif oblige tous les acteurs d'un chantier à travailler ensemble autour d'un clone numérique et virtuel de l'édifice. Le BIM est considéré comme l'avenir des projets architecturaux en prévenant en amont les incompatibilités entre lots (climatisation, électricité, eau) avec à la clé, une réduction des délais de réalisation et une optimisation économique.

La Chine subventionne les projets BIM

Alors qu'en France, son emploi dans les marchés publics n'est que "recommandé", la Chine met les bouchées doubles pour que ses grands projets de construction se convertissent au 100% numérique et au BIM, utilisé de la conception jusqu'à la maintenance future du bâtiment.

"Les projets publics et d'ampleur qui abandonnent le papier en optant pour une maquette en 3D bénéficient d'une subvention du gouvernement chinois" explique Thomas Daubigny, directeur de la transformation numérique au sein de Bureau Veritas.

-
- © La maquette virtuelle du planétarium de Shanghai permet d'effectuer des simulations d'évacuation du bâtiment-Bureau Veritas

Cette société spécialiste de la certification agit comme tiers de confiance indépendant dans les projets. Elle vérifie sur le chantier en cours près de Shanghai le respect des normes de construction et de sécurité pour ce qui sera le plus grand planétarium du monde, avec son dôme recouvrant une surface de 38.000 mètres carrés. Il ouvrira ses portes en 2020 dans la ville nouvelle de Lingang, à 60 kilomètres au sud du centre-ville, dans le district de Pudong.

Prenant en compte cette révolution technologique, les spécialistes de Bureau Veritas Construction, présents sur le chantier en Chine, réalisent leurs contrôles techniques directement sur la maquette numérique de ce bâtiment iconique, caractéristique avec sa forme d'ellipse.

-
- © En construction, le planétarium de Shanghai doit ouvrir en 2020. Cabinet d'architectes Ennead

Outre les plans, la maquette autorise par exemple en amont la simulation de flux virtuels d'évacuation du bâtiment par les visiteurs en cas d'alerte. Les personnels chargés de la certification voient ainsi apparaître d'éventuelles malfaçons du bâtiment bien avant la réalisation du bâtiment, ce qui permet de rectifier le tir.

Une fois le chantier démarré, la maquette numérique du planétarium de Shanghai sert de référence unique pour tous les acteurs du chantier, afin d'éviter toute dérive. "Tous les deux jours, un drone survole le chantier et prend des photos extérieures de l'état d'avancement du chantier. Elles sont ensuite comparées visuellement par un oeil humain avec la maquette 3D pour détecter toute divergence entre les deux. La reconnaissance d'images permettra bientôt de détecter automatiquement toute anomalie liée à cette analyse comparative" conclut Thomas Daubigny du Bureau Veritas.

Frédéric Bergé