BFM Eco

"Beaucoup de travail reste à faire" entre Washington et Pékin pour mettre fin à la guerre commerciale

Donald Trump lors d'une conférence de presse en présence du vice-Premier ministre chinois Liu He, le 31 janvier 2019.

Donald Trump lors d'une conférence de presse en présence du vice-Premier ministre chinois Liu He, le 31 janvier 2019. - Brendan Smialowski - AFP

Après deux jours de négociations, Washington et Pékin ont salué jeudi les progrès réalisés pour aboutir à un accord et mettre fin à la guerre commerciale. La route est encore longue, plusieurs sujets essentiels, comme les transferts de technologies forcés, n'ont pas encore été résolus.

Après deux jours d'intenses négociations entre représentants chinois et américains à Washington, les deux parties ont salué jeudi les avancées réalisées en vue de mettre fin à la guerre commerciale entre les deux pays.

"Nous avons fait d'énormes progrès", a affirmé Donald Trump. La délégation chinoise a de son côté qualifié les discussions de "sincères, précises et fructueuses", rapporte l'agence officielle Chine nouvelle.

Au G20 à Buenos Aires, le président américain et son homologue chinois Xi Jinping ont décidé d'une trêve de 90 jours dans la guerre commerciale pour travailler à un accord. Les deux parties ont jusqu'au 1er mars pour s'entendre, sans quoi Washington augmentera de 10% à 25% les taxes sur 200 milliards de dollars d'importations de produits chinois.

La Chine va augmenter ses importations

Après le round de négociations de cette semaine, Pékin a accepté jeudi d'accroître ses importations en provenance des États-Unis pour les secteurs de l'agriculture, de l'énergie, des produits manufacturés et des services, sans donner plus de détails. Les deux pays se sont également mis d'accord pour renforcer leur coopération en matière de droit de la propriété intellectuelle et de transfert de technologies.

À la suite des réunions entre les deux délégations, Donald Trump a reçu le vice-Premier ministre et négociateur en chef chinois Liu He. Ce dernier a notamment annoncé que la Chine allait augmenter de 5 millions de tonnes ses importations de soja, sans en préciser la fréquence. "Ça va rendre nos paysans très heureux", s'est félicité le président américain.

D'autres problématiques, plus structurelles, sur la table

Bien qu'il y ait eu des progrès, "beaucoup de travail reste à faire", a souligné la Maison Blanche dans un communiqué. La réduction du déficit commercial américain vis-à-vis de la Chine, qui s'élève à 335 milliards de dollars, n'est pas le seul enjeu pour Washington.

Conditions d'accès aux marchés chinois pour les entreprise américaines, transferts de technologies forcés, subventions publiques de Pékin... plusieurs problématiques structurelles sont au cœur de ces discussions.

"On attend de la Chine qu'elle ouvre ses marchés et pas seulement aux services financiers, comme ils le font désormais, mais aussi à notre industrie, nos paysans et d'autres secteurs américains. Sans cela un accord serait inacceptable!", a tweeté Donald Trump.

L'accord doit aussi comprendre un mécanisme de contrôle, afin de vérifier que la Chine applique effectivement ses promesses. Cet élément majeur fait partie des sujets les plus discutés cette semaine entre les deux délégations.

Une réunion entre Donald Trump et Xi Jinping attendue

Les représentants chinois ont proposé que Donald Trump viennent en Chine fin février, après le sommet avec le président nord-coréen Kim Jong Un, pour rencontrer Xi Jinping, selon le Wall Street Journal.

La date n'est pas encore fixée, mais le président américain a prévenu dans un tweet jeudi qu'aucun accord ne serait signé sans une rencontre bilatérale entre lui et son homologue chinois.

En attendant, les deux délégations doivent continuer à travailler à un accord pour que les deux dirigeants n'aient plus qu'à apporter la touche finale. Elles ont convenu de laisser passer le Nouvel An chinois, qui a lieu le 5 février, puis le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin se rendront en Chine pour le prochain round de négociations.

"Les deux pays aimeraient voir un résultat positif", a affirmé Donald Trump en conférence de presse. Affaibli par le fiasco du shutdown, le locataire de la Maison Blanche a besoin d'obtenir des résultats sur un autre front à l'approche de la présidentielle de 2020. Côté chinois, éviter que l'escalade ne reprenne dans le commerce avec les États-Unis est d'autant plus important que la situation économique se dégrade.

Jean-Christophe Catalon