BFM Business

Michel Sapin: "la machine à créer du chômage sera longue à arrêter"

Pour Michel Sapin, la situation ne se dégrade pas, "elle est mauvaise".

Pour Michel Sapin, la situation ne se dégrade pas, "elle est mauvaise". - -

Le ministre du Travail était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC ce 28 novembre. Il a réagi à la très forte augmentation du chômage officialisée hier.

"Le chômage va continuer à augmenter", a déploré Michel Sapin au micro de Jean-Jacques Bourdin ce 28 novembre sur BFMTV-RMC. Se défendant de tout "fatalisme", le ministre du Travail revenait sur la forte hausse du nombre de sans-emplois en octobre en ces termes: "la machine à créer du chômage est lancée, il sera très long de l’arrêter".

Les chiffres de l’emploi sont "mauvais", reconnaît-il. 45 000 chômeurs de plus le mois dernier, soit une hausse de 1,5% sur un mois, et de 10,6% en un an. Le ministre ne minimise pas, il n’est du genre à parler de "baisse tendancielle de la hausse", ironise-t-il en référence à une expression employée par l’ancien président de la République.

Gouvernement Sarkozy à qui Michel Sapin reproche encore la situation du marché du travail. "On a dissimulé des plans sociaux en janvier-février, qui apparaissent aujourd’hui", assure-t-il. Il dit d’ailleurs constater une hausse des licenciements économiques, contre lesquels il ne peut rien puisque "je ne suis pas responsable du passé mais de l’avenir", argumente le ministre.

Les 20 milliards délivrés sous deux ans, non plus trois

Michel Sapin n’est "pas un prévisionniste", mais "un acteur, qui prend des décisions". Parmi elles, les emplois d’avenir. "Depuis un mois, il s’en signe tous les jours", affirme-t-il. Quant au contrat de génération, "ce sera le premier texte examiné à l’Assemblée en janvier", indique Michel Sapin.

Autre mesure phare destinée à favoriser l’emploi: le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, le CICE, dont le texte sera examiné ce mercredi au Parlement. Le ministre du Travail confirme bien que les 20 milliards octroyés aux entreprises le seront sur deux ans, non pas trois comme précédemment envisagé.

Le gouvernement s’attend à ce qu’il suscite la création de "300 000 emplois d’ici deux ans", mais pas seulement. Cet argent, rappelle Michel Sapin, doit favoriser "l’investissement, l’innovation, pour créer de l’emploi à long terme". Un investissement en deux temps donc : "le premier mouvement est de sauver de l’emploi, le deuxième d’en créer", explique-t-il.

Dès 2013, le CICE va se transformer en argent liquide pour l’entreprise, détaille Michel Sapin. Pour prévenir toute "utilisation illégitime comme l’augmentation du salaire du patron ou des dividendes", le gouvernement mettra "en place un dispositif pour instaurer la transparence, la traçabilité de l’aide", indique-t-il. Autrement dit, les représentants du personnel connaîtront le montant exact versé à l’entreprise et sauront comment il est utilisé.

Nina Godart et avec BMFTV