BFM Business

Merkel et Hollande veulent que la Grèce tienne ses engagements

Les deux dirigeants ont demandé à la Grèce de poursuivre ses efforts.

Les deux dirigeants ont demandé à la Grèce de poursuivre ses efforts. - -

Paris et Berlin souhaitent qu’Athènes reste dans la zone euro. Mais ils lui demandent de poursuivre ses réformes et ont botté en touche sur les demandes d’assouplissement de la rigueur réclamée par le Premier ministre grec, Antonis Samaras.

Avant leur dîner de travail, qui s’est tenu jeudi 23 août, à Berlin, Angela Merkel et François Hollande ont appelé le Premier ministre grec Antonis Samaras à poursuivre les réformes et à tenir ses engagements, sans répondre immédiatement à son souhait d'obtenir un assouplissement de la cure d'austérité administrée à son pays.

"Il est pour moi important que tous tiennent leurs engagements", a déclaré la chancelière, encourageant la Grèce "à poursuivre sur la voie des réformes". François Hollande a renchéri peu après, appelant les Grecs à "faire les efforts indispensables" pour rester dans la zone euro.

La Grèce demande un délai supplémentaire de deux ans

Préférant gommer toute divergence en cette rentrée diplomatique sous haute tension, les dirigeants allemand et français s'en sont tenus à des messages similaires, alors que le Premier ministre grec débute une tournée européenne. Antonis Samaras est attendu à Berlin ce vendredi. Et il sera samedi à Paris.

Le chef du gouvernement grec a multiplié ces derniers jours les interviews dans la presse européenne pour réclamer à ses partenaires européens "un peu d'air pour respirer". Il demande un délai de deux ans -2016 au lieu de 2014- pour redresser les finances de son pays, tout en promettant que la Grèce remboursera bien les aides reçues.

BFMbusiness.com et AFP