BFM Business

Même si l'accord sur le Brexit passe, "il y a plein de sources de contentieux futurs"

Jean-Pierre Petit, président des Cahiers verts de l'Economie, était invité ce lundi sur Good Morning Business. L'occasion de revenir sur le dossier du Brexit qui semble finalement toucher à son terme. Pour autant, les problèmes ne font que commencer entre Londres et Bruxelles.

La fin du feuilleton pour le 31 octobre? S'il existe encore de sérieux doutes sur la date réelle du Brexit, jamais le processus n'a semblé être aussi avancé. Le vote crucial a bien été reporté, samedi dernier, mais une majorité semble se dessiner en faveur de l'accord négocié entre Boris Johnson et l'Union européenne.

Mais cet accord ne concerne finalement que la sortie et "tout est encore devant nous" prévient Jean-Pierre Petit, président des Cahiers verts de l'Economie, dans l'émission Good Morning Business sur BFM Business ce lundi. "Et notamment l'accord relatif aux relations futures."

600 traités à renégocier

Et cela ne manquera de créer des tensions puisqu'il y aura 600 traités à renégocier entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. "Il y a plein de sources de contentieux futurs" met en garde Jean-Pierre Petit. "Quand on parle d'environnement égal sur le plan du marché intérieur, sur le plan du droit du travail, du droit de l'environnement, des subventions aux entreprises… Personne ne sait ce que ça veut dire."

Au-delà de l'aspect économique, "il va y avoir des sources de contentieux techniques sur la frontière irlandaise, (…) la frontière maritime" poursuit-il. "Par ailleurs, il y a toutes les problématiques politiques autour de la sécession de l'Ecosse, (…) du Pays de Galles." L'Ecosse a, en effet, voté pour rester dans l'Union européenne, lors du référendum de 2016. Et si elle va tenter un nouveau scrutin autour de son indépendance, la grogne monte aussi au Pays de Galles. "Donc les contentieux internes et les contentieux entre le Royaume-Uni et l'Europe vont se poursuivre" conclut Jean-Pierre Petit.

Thomas Leroy