BFM Business

Mélenchon demande aux banques françaises d’avoir "pitié du FN"

Invité de BFMTV et RMC, le candidat de La France insoumise s'est félicité d'avoir trouvé les financements nécessaires à sa campagne. Et a estimé "injuste" le fait que le FN n'y soit pas encore parvenu.

Au lendemain d’un meeting à Tourcoing qui a affiché salle comble, Jean-Luc Mélenchon, a fait le point sur sa campagne, et en particulier son financement.

Invité de BFMTV et RMC ce lundi, le leader du Parti de gauche a d’abord indiqué que des banques françaises avait accepté de lui prêter les 8 millions d’euros nécessaires. "Ce sont des banques coopératives, on a eu une bonne discussion", a-t-il précisé. "On a réussi également à réunir un million d'euros de dons. C'est moins que M.Macron, mes copains sont moins fortunés", a-t-il ironisé. 

"D’habitude, les banquiers n’ont pas de morale"

Interrogé sur le Front national, qui de, son côté, peine à décrocher un crédit auprès des établissements français, le candidat de La France insoumise a assuré qu’il n’était "pas normal" que le parti de Marine Le Pen soit ainsi ostracisé. "D’habitude, les banquiers n’ont pas de morale", s’est-il ainsi amusé. "C’est injuste, car soit le Front national est interdit car dangereux pour la démocratie, soit c’est un parti qui a des élus. Donc pourquoi d’un coup ça leur prend de faire du tri politique ?"

Avant de plaider pour un geste de ces derniers. "Je dis aux banquiers, ayez pitié du Front national. D’habitude vous n’avez pas de morale donc ne faites pas semblant d’en avoir une cette fois-ci".

Y.D.