BFM Business

Mario Draghi pas hostile à une suppression du billet de 500 euros

Le billet de 500 euros est réputé pour servir à des fins criminelles.

Le billet de 500 euros est réputé pour servir à des fins criminelles. - Miguel Medina - AFP

Pour le président de la BCE, le billet violet est souvent associé aux activités illégales. Sa suppression est donc à l'étude.

Le billet de 500 euros pourrait vivre ses derniers jours. Mario Draghi, président de la BCE, explique que l'institution est en train d'étudier sa suppression. Selon lui, "le billet de 500 euros est de plus en plus perçu comme un outil pour des activités illégales".

Les épargnants ne seraient pas pénalisés par sa suppression puisqu'"on continuera d'épargner les billets de 200 euros", précise-t-il.

Inquiétudes quant à la stabilité des banques

La monnaie en circulation dans la zone euro a dépassé les mille milliards d'euros en 2015. Près de 30% sont thésaurisés sous la forme de billets de 500 euros, reflet d'une inquiétude quant à la stabilité des banques doublée d'un sentiment d'exaspération face à des taux d'intérêt dérisoires.

Les ministres des Finances de la zone euro ont demandé la semaine dernière à la BCE de trouver des mesures qui permettraient de limiter l'accès aux billets de banque de 500 euros et d'imposer des plafonds aux règlements en liquide.

D. L.