BFM Business

Marché automobile français: légère hausse au mois de mai

-

- - ERIC PIERMONT / AFP

Le marché automobile français a progressé de 1,17% sur un an en mai, porté notamment par les bons résultats de Citroën.

Le marché automobile français se porte plutôt bien. 193 948 voitures particulières neuves ont été vendues sur le marché français au cours du mois écoulé, contre 191 702 en mai 2018, selon les statistiques du Comité des constructeurs français d'automobiles, le CCFA.

Ainsi, sur les cinq premiers mois de 2019, les ventes de voitures neuves sont stables: +0,05%, par rapport à l'an dernier, avec 935 478 immatriculations. Des immatriculations portées par le groupe PSA, dont les ventes ont progressé de 9,24% à 64 996 unités.

Ce chiffre s'explique par les bons résultats de Citroën: +23,09%, soit 21 127 véhicules immatriculés. La marque Peugeot n'est pas en reste, avec une hausse des ventes de 5,32% avec 34 838 véhicules vendus, après un recul au mois d'avril. Les ventes de sa filiale allemande Opel sont par contre en recul de près de 3%, avec 6 809 voitures neuves écoulées.

Le groupe Renault fait moins bien, et accuse une légère baisse des ventes de 0,40% en mai sur un an, après une chute de 7,52% en avril, à 49 327 unités. Les ventes de sa filiale roumaine Dacia sont également en recul de 1,27%, à 13.002 unités vendues.

Côté constructeurs étrangers, les ventes du groupe japonais Toyota ont bondi de 15,66%, avec 9 408 véhicules écoulés, alors que le groupe allemand BMW gagnait 1,88%, avec 7 328 voitures vendues. Volkswagen reste sur la première marche du podium des groupes étrangers en France, malgré une stagnation des ventes en mai: -0,06% avec 23 406 unités vendues.

Mauvaise passe en revanche pour le groupe Ford dont les ventes sont toujours en baisse: -13,30%, à 6 541 unités, comme celles du groupe FCA (Fiat, Jeep, Alfa Romeo...) qui ont reculé de 10,54% à 8 792 unités le mois dernier.

Avec une progression de 4,84%, les groupes tricolores dans leur ensemble ont ainsi représenté près de 59% du marché. Leurs concurrents, avec les 41% de part de marché restant, ont reculé de 3,67%.

Sandrine Serais