BFM Business

Mailly refuse de revenir sur l'universalité des allocations familiales

Jean-Claude Mailly est pour le maintien de l'universalité.

Jean-Claude Mailly est pour le maintien de l'universalité. - Alain Jocard - AFP

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, était l'invité de BFMTV. Il a estimé que revenir sur l'universalité des allocations familiales serait "remettre en cause l'existence même de la Sécurité sociale".

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière (FO), a estimé que revenir sur l'universalité des allocations familiales serait "remettre en cause l'existence même de la Sécurité sociale". Interrogé par BFM TV sur une éventuelle remise en cause de l'universalité des allocations familiales, actuellement versées à toutes les familles ayant au moins deux enfants à charge, Jean-Claude Mailly a répondu: "on est contre". Et il a ajouté: "Rentrer sur ce terrain-là, pourquoi pas demain sur l'assurance-maladie, c'est remettre en cause l'existence même de la Sécurité sociale".

La ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn avait annoncé en début de mois qu'elle souhaitait entamer "avec le Parlement et l'ensemble des acteurs" une réflexion "sur la politique familiale en général" et sur les allocations familiales. Le Premier ministre Édouard Philippe s'est ensuite engagé à un "vrai bon débat". Une mission d'information de l'Assemblée nationale sur ces sujets débutera ses travaux en décembre, selon son rapporteur Guillaume Chiche (LREM).

Éventuelle suppression

Interrogée par le Journal du Dimanche sur une éventuelle suppression des allocations familiales des plus aisés, Agnès Buzyn a répété dimanche que "le débat est ouvert". "L'universalité des allocations, c'est un totem de notre politique familiale et un tabou. Moi je n'en ai pas", a-t-elle ajouté, soulignant la nécessité de traiter "deux enjeux": la natalité, "en baisse pour la première fois depuis la guerre", et la pauvreté. "Quand on gagne plus de 8.000 euros par mois, est-ce que cela a du sens de recevoir 32 euros", s'est interrogée Agnès Buzyn.

Par ailleurs, FO appelle à la mobilisation unitaire. Les différents syndicats se retrouvent mardi 24 octobre pour décider d’une manifestation commune contre les ordonnances sur la réforme du code du travail.