BFM Business

Macron: un socialiste à l'Economie prêt à assouplir les 35h?

Emmanuel Macron a conscience qu'il est difficile de défendre certaines de ses idées, "spécialement quand on est de gauche".

Emmanuel Macron a conscience qu'il est difficile de défendre certaines de ses idées, "spécialement quand on est de gauche". - Fred Dufour - AFP

Dans un entretien à paraître jeudi dans Le Point, accordé à la veille de l'annonce de son entrée au gouvernement, Emmanuel Macron détaille sa vision de la politique économique à suivre en France.

A la veille de l'annonce du nouveau gouvernement, Emmanuel Macron a accordé une interview à l'hebdomadaire Le Point. Selon l'auteur de l'article, le néo-ministre de l'Economie s'y exprime "librement". Il est permis de douter qu'il ne s'attendait pas à obtenir de hautes fonctions, à la lecture de ses propos en forme de programme de gouvernement.

Une de ses propositions détonne particulièrement: un assouplissement des 35 heures. "Nous pourrions autoriser les entreprises et les branches, dans le cadre d’accords majoritaires, à déroger aux règles de temps de travail et de rémunérations", avance ainsi le successeur d'Arnaud Montebourg. Seulement "à la condition explicite qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés", ajoute-t-il.

Une fiscalité qui a trop augmenté

Il propose encore de relancer la construction de logement en délestant ce secteur "des normes, des contraintes" pour y faire naître "plus d’initiatives".

Pourquoi pas en outre "rehausser et simplifier les seuils sociaux", dont les franchissements font peser de nouvelles obligations sur les dirigeants de PME. Un moyen de "lever un obstacle traumatisant pour beaucoup de petits patrons, sans pour autant changer la vie des salariés".

Il faudra enfin travailler sur une fiscalité qui "a trop augmenté. Cela n’a pas été assez anticipé, et j’y ai ma part de responsabilité", reconnaît-il. Autant de thèmes qu'il admet être "difficile(s) à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche".

S'exprimant le lundi, au lendemain des critiques d'Arnaud Montebourg sur les orientations économiques du gouvernement dont il fait alors encore partie, Emmanuel Macron dénoncent les dissensions créées par "ceux qui prétendent défendre une autre politique. Ceux-là même qui ne savent pas en préciser les contours". Conclusion "l’autre politique est donc un mirage".

Nina Godart