BFM Business

Macron sera "un bon ministre de l'Economie", pour Sapin

Pour Michel Sapin, Emmanuel Macron est garant d'une "cohérence totale"

Pour Michel Sapin, Emmanuel Macron est garant d'une "cohérence totale" - Kenzo Tribouillard - AFP

Le ministre des Finances a défendu, ce mercredi 27 août, le nouveau ministre de l'Economie. Mais il a refusé de voir dans la nomination de cet ancien banquier une main tendue vers les patrons.

Michel Sapin semble content de son partenaire à la tête de Bercy. Le ministre des Finances a assuré mercredi matin qu'Emmanuel Macron serait un "bon ministre de l'Economie", garant d'une "cohérence totale" et d'une "stabilité" en matière économique et budgétaire.

"Avec Emmanuel Macron, moi-même, le Premier ministre et le président de la République, s'agissant de la ligne économique, financière et budgétaire (...), on sait où on va", a déclaré Michel Sapin au micro de France Inter.

Interrogé sur la nomination de l'ancien banquier au gouvernement, Michel Sapin a refusé d'y voir une main tendue vers les patrons, tout en reconnaissant qu'il fallait "que les chefs d'entreprise aient le sentiment de la stabilité".

Répondant aux critiques entourant cette nomination, perçue comme une provocation par une partie de la gauche, Michel Sapin a rappelé que Henri Emmanuelli, figure historique de la gauche du PS, "a travaillé dans une banque d'affaires quand il était jeune". "On ne va pas porter une étiquette et, toute sa vie, être prisonnier de cette étiquette", a-t-il ajouté.

Pas de hausse de la TVA

Par ailleurs, le ministre des Finances a affirmé à son tour qu'une hausse de la TVA n'était "pas d'actualité". Cette information, parue dans la presse, a déjà été démentie par Matignon.

"Non seulement ce n'est pas d'actualité mais ça n'a même pas été abordé à la fameuse réunion" du 19 août entre le président François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls et quelques ministres.

"On n'est pas là pour augmenter les impôts", dont fait partie la taxe sur la valeur ajoutée. "Cela a déjà été fait suffisamment", a ajouté le ministre.

D. L. avec AFP