BFM Business

Les TPE souhaitent que le chômage partiel soit transformé en baisses de charges

Sur BFM Business, Viviane Chaine-Ribeiro, la nouvelle présidente de la FTPE (Fédération des très petites entreprises) explique pourquoi cette mesure serait efficace pour permettre aux TPE de mieux redémarrer.

Si la mise en place du chômage partiel a permis à énormément d'entreprises de résister face au confinement, pour les TPE le problème est un peu différent.

Ces entreprises de moins de 10 salariés (3,7 millions en France, 20% de la valeur ajoutée) "n'ont pas la capacité d'avoir deux ou trois personnes sur la même expertise et donc de ce fait (les patrons) ont besoin de la totalité de leurs salariés", "les TPE sont dans des situations particulières et différentes", insiste Viviane Chaine-Ribeiro, la nouvelle présidente de la FTPE (Fédération des très petites entreprises) sur BFM Business.

Et d'ajouter: "ils dégagent des marges extrêmement faibles, il est évident que d'avoir uniquement 85 ou 80% de leur activité génère dans ces cas une perte d'exploitation et ça c'est préoccupant". "Beaucoup ont besoin de la totalité de leurs salariés alors que le chiffre d'affaires n'est qu'à 80 ou 85%".

"Si pour économiser sur les charges, il faut qu'elles mettent leurs salariés en chômage partiel, ça n'arrange pas du tout leur capacité à retrouver leur chiffre d'affaires d'avant-crise", explique-t-elle. 

Pour la responsable, un dispositif plus efficace pour ce type d'entreprises serait de transformer les montants alloués à la prise en charge du chômage partiel en baisses de charges. De quoi apporter "de la souplesse" aux TPE "sans coût supplémentaire" pour le gouvernement, assure la responsable.

Olivier Chicheportiche