BFM Business

Les Grecs se convertissent (enfin) à la carte bancaire

Jusqu'à juillet dernier, les commerçants grecs répugnaient à s'équiper en terminaux de cartes bancaires.

Jusqu'à juillet dernier, les commerçants grecs répugnaient à s'équiper en terminaux de cartes bancaires. - Spyros Papaspyropoulos - Flickr - CC

Depuis l'instauration d'un contrôle strict des capitaux, qui empêche les Grecs de retirer plus de 60 euros par jour, les ressortissants se ruent sur la carte bancaire, un moyen de paiement jusqu'ici peu usité dans le pays.

En Grèce les négociations "sont dans la dernière ligne droite", a déclaré mercredi 5 août le Premier ministre Alexis Tsipras. Le pays tente toujours de convaincre ses créanciers de lui accorder le troisième plan d'aide de 86 milliards d'euros. La Banque centrale européenne, de son côté, a annoncé qu'elle maintenait inchangé ses prêts d'urgence aux banques grecques pour les deux semaines à venir. Des banques grecques qui souffrent sur les marchés, les valeurs bancaires ont encore chuté mercredi de plus de 24%.

Parallèlement le contrôle des capitaux instauré dans le pays depuis plusieurs semaines complique, chaque jour un peu plus, la vie quotidienne des Grecs. A tel point que la carte bancaire, jusqu'ici peu utilisée, semble faire une percée dans le pays.

Régler ses achats par carte bancaire était jusque-là une pratique très inhabituelle en Grèce. Là-bas, l'argent liquide est roi depuis des décennies. Seulement à force de ne pouvoir retirer que 420 euros par semaine et par personne, les Grecs s'organisent et se ruent sur les cartes bleues.

600.000 cartes émises en un mois

Plus de 1 million de nouvelles cartes ont été émises depuis le 29 juin, lendemain de l'instauration d'un contrôle strict des capitaux qui interdit aux ressortissants de retirer plus de 60 euros par jour aux distributeurs. Parce que, gros avantage, le paiement par carte, lui, n'est pas plafonné.

La banque nationale de Grèce en a émis 400.000 au mois de juillet. De son côté, la deuxième banque du pays, Alpha Bank, en a édité 200.000. Autant que sur toute l'année 2014! Par ailleurs, selon des chiffres de Visa, les paiements par CB sont en augmentation de 135%. Les retraités sont les plus gros demandeurs.

Cette augmentation du nombre de cartes en circulation oblige les commerçants à s'adapter. Habituellement très rétifs vis à vis de ce mode de paiement, nombre d'entre eux n'ont plus d'autres que choix que de s'équiper en terminaux. Une aubaine pour le gouvernement grec qui cherche à renforcer et rationaliser son système fiscal. Or les paiements par cartes sont facilement traçables, et donc taxables…

Jean-Baptiste Huet, édité par N.G.