BFM Business

Les fonctionnaires trop souvent en arrêt maladie

-

- - Anne-Christine Poujoulat-AFP

"Les DRH des grandes collectivités locales tirent la sonnette d'alarme: l'absentéisme dans leurs collectivités est de plus en plus problématique. Du coup, le débat sur le "jour de carence" est relancé avant la présidentielle. "

Les polémiques sur l’absentéisme dans la fonction publique revient en force. La semaine dernière, c'est le Figaro qui publiait des chiffres montrant que les absences atteignent plus de 30 jours par an dans certains hôpitaux.

Aujourd’hui, c’est au tour de l’association des DRH des grandes collectivités locales de présenter une enquête s’inquiétant de l’absentéisme des fonctionnaires territoriaux. Du coup, le débat sur la suppression par la gauche du fameux jour de carence repart de plus belle. 

La gauche voulait remercier les fonctionnaires

Sous couvert d'anonymat, un ancien ministre socialiste admet que le gouvernement Ayrault a eu tort de supprimer le jour de carence des fonctionnaires instauré deux ans plus tôt par le gouvernement Fillon: "Cela a été une belle connerie, mais on ne pouvait pas faire autrement". 

Au lendemain de la victoire de François Hollande, la gauche voulait ainsi ménager ou remercier les fonctionnaires qui, traditionnellement, lui apportent plus de voix que les salariés du privé, les entrepreneurs ou les professions libérales.

Lorsqu'un salarié se voit prescrire par son médecin un arrêt maladie, le (ou les) jour(s) de carence ne sont pris pas en charge par la sécurité sociale et l'employeur n'est pas obligé de compenser l'absence de versement de l'indemnité journalière pour la période correspondante. Le gouvernement Fillon avait officiellement instauré en 2011 un délai de une journée dans la fonction publique pour lutter contre l’absentéisme.

Dans le privé, trois jours de carence sont prévus même si les deux-tiers des conventions collectives prévoient une prise en charge par l’entreprise de ce manque à gagner.

Absence de chiffres officiels

Le jour de carence instauré par la droite avait-il vraiment fait baisser l’absentéisme dans le secteur public? Les chiffres officiels sont curieusement inexistants. Mais selon le courtier en assurance Sofaxis, le nombre d’arrêts maladie de courte durée a repris sa croissance en 2014, justement l’année suivant la suppression du jour de carence.

La dimension budgétaire est également cruciale. Selon la commission des finances du Sénat, la suppression du jour de carence a coûté 150 millions par an aux employeurs publics en raison de l’augmentation de l’absentéisme, dont la moitié dans les hôpitaux.

Pour limiter les éventuels abus de fonctionnaires peu scrupuleux, le gouvernement Ayrault avait bien prévu de mettre en place des contrôles des arrêts de travail par la médecine du travail. Une procédure jusqu'alors inexistante. Mais les praticiens concernés estiment qu’ils ne sont pas payés pour cela.

Au programme de la droite

Le jour de carence sera-t-il rétabli? Si la droite revient au pouvoir, cela ne fait pas de doute. Les principaux candidats à la primaire de la droite ont intégré cette mesure dans leur programme.

A contrario, on imagine bien que le candidat socialiste va jouer la défense des fonctionnaires en dénonçant ce rétablissement. Finalement, seul Emmanuel Macron n’a pas encore pris position.

P.C