BFM Business

Les Européens vont débloquer une partie du plan d'aide à la Grèce

Un projet de loi va être déposé au Parlement grec pour entériner cet accord

Un projet de loi va être déposé au Parlement grec pour entériner cet accord - Aris Messinis - AFP

Athènes s'est mis d'accord avec ses créanciers ce mardi 17 novembre sur une série de mesures qui va permettre le déblocage d'une tranche du nouveau plan d'aide de 12 milliards d'euros.

Une petite bouffée d'oxygène pour la Grèce. Le gouvernement grec a annoncé, ce mardi 17 novembre, un accord avec ses créanciers de l'Union européenne et du FMI sur une série de mesures de rigueur qui lui était demandé ouvrant la voie au déblocage vendredi de 12 milliards d'euros de prêts au pays par la zone euro.

"Nous avons trouvé un accord sur tout, incluant les 48 mesures préliminaires" conditionnant le déblocage de cette tranche d'aide financière, a annoncé le ministre des Finances, Euclide Tsakalotos, à l'issue, à l'aube de négociations marathon avec le "quartet" représentant les bailleurs de fonds du pays.

Cet accord inclut un compromis sur la question des saisies immobilières, qui bloquait jusque-là l'avancée des discussions, les créanciers voulant les faciliter alors qu'Athènes veut continuer à en protéger la majorité des ménages endettés.

Le déblocage prévu vendredi

Un projet de loi formalisant les mesures convenues doit être déposé au Parlement grec mardi, et soumis au vote jeudi, a précisé le ministère. Selon une source européenne, les directeurs du Trésor de la zone euro ("Euro Working Group" - EWG) doivent de leur côté prendre acte mardi de cet accord, avant une décision attendue de la zone euro vendredi sur le déblocage des fonds.

Ces derniers incluent une tranche de 2 milliards d'euros et une autre de 10 milliards destinés à la recapitalisation en cours des banques grecques. Le gouvernement grec de gauche radicale s'est résolu en juillet à accepter de mener un nouveau train de mesures de rigueur et de réformes en échange du maintien du pays surendetté et sous perfusion financière via un prêt de 86 milliards d'euros sur trois ans.

Le "quartet" représentant les créanciers, Declan Costello, de la Commission européenne, Rasmus Rüffer, de la Banque centrale européenne (BCE), Nicola Giammarioli, du Mécanisme européen de stabilité (MES), et Delia Velculescu, du Fonds monétaire international (FMI), passe en revue depuis plus d'une semaine à Athènes la mise en oeuvre par la Grèce de cet accord de juillet.

J.M. avec AFP