BFM Business

Les Européens trouvent un accord "ambitieux" sur le climat et l'énergie

Les Européens se sont engagés à réduire les émissions à effet de serre de 40% d'ici à 2030

Les Européens se sont engagés à réduire les émissions à effet de serre de 40% d'ici à 2030 - Joh Thys - AFP

Les dirigeants européens se sont engagés, vendredi 24 octobre, à réduire d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030. Ils comptent également porter la part des énergies renouvelables à 40%.

Il aura fallu près de huit heures pour arriver à cet accord. Les dirigeants européens se sont engagés, ce vendredi 24 octobre, à réduire d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030.

Cet objectif a été qualifié de "politique énergétique et climatique la plus ambitieuse au Monde" par le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, sur Twitter.

Le plan prévoit de réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Les 28 chefs d'Etat et de gouvernement se sont aussi entendus sur deux autres objectifs: porter la part des énergies renouvelables à 27% de la consommation et faire 27% d'économies d'énergie par rapport à 1990, a précisé Herman Van Rompuy.

"Une bonne nouvelle pour le climat"

Le premier est contraignant au niveau de l'UE, mais pas le second. Les Européens, poussés notamment par l'Espagne et le Portugal, ont aussi décidé d'augmenter les objectifs d'"interconnexions" entre réseaux électriques au sein de l'Union, pour les porter à 15%.

"C'est une bonne nouvelle pour le climat, les citoyens, la santé et les négociations internationales sur le climat à Paris en 2015", a affirmé Herman Van Rompuy, assurant que cela créerait "des emplois durables" et de la "compétitivité".

"Avec la crise en Ukraine et les troubles au Moyen-Orient, il est devenu très clair à quel point il est urgent et vital de réduire la dépendance énergétique de l'Europe", a-t-il rappelé.

Les ONG déçues 

"L'Europe montre l'exemple", s'est félicité le président français François Hollande. "S'il n'y a pas d'accord" entre Européens, "comment convaincre les Chinois ou les Américains ?", avait-il demandé à son arrivée au sommet.

"Nous avons réussi à mettre sur pied un cadre décisif pour donner une voix à l'Europe dans les négociations internationales sur le climat", a souligné, de son côté, la chancelière allemande Angela Merkel.

Mais les défenseurs de l'environnement sont déçus. "Les dirigeants de l'Union européenne donnent un coup de frein à l'énergie propre", a dénoncé Greenpeace. Les objectifs "sont bien en deçà de ce qui pourrait être fait par l'Europe pour combattre le changement climatique", ont estimé les Amis de la Terre. Pour Oxfam, il s'agit d'"une action insuffisante de la part des pays les plus riches fait peser le fardeau sur les populations les plus pauvres, les plus affectées par le changement climatique et les moins responsables de cette crise".

J.M. avec AFP