BFM Business

Les dates-butoirs de la loi anti-gaspillage ne seront pas repoussées

-

- - Ludovic Marin - AFP

En réponse notamment au Medef qui demandait le report des échéances prévues par la loi sur l'économie circulaire, votée en décembre 2019, la secrétaire d'Etat Brune Poirson a indiqué qu'il n'y avait aucune raison de les repousser.

La loi sur l'économie circulaire, qui prévoit notamment l'interdiction des emballages à usage unique d'ici 2040, entrera en vigueur aux dates prévues, a assuré mercredi Brune Poirson, en dépit des pressions d'industriels à l'occasion de la crise du coronavirus.

"Rien de ce qui a été prévu et voté dans la loi ne sera changé", a déclaré la secrétaire d'Etat à la Transition écologique lors d'une audition en ligne par une commission au Sénat. 

Le gouvernement pourra faire preuve de souplesse concernant les dates prévues par exemple pour des consultations publiques, en raison de la crise sanitaire et du confinement, a indiqué Brune Poirson, mais n'acceptera rien "qui remette en cause ni l'ambition ni les dates d'application de la loi", a-t-elle poursuivi.

Le plastique inutile contre le covid 19

La principale association patronale, le Medef, et l'Afep, qui représente 113 grandes entreprises privées, ont demandé des moratoires sur la loi anti-gaspillage, promulguée mi-février, a fait savoir la secrétaire d'Etat, confirmant des informations de presse.

"On ne reviendra pas sur l'ambition", a martelé Brune Poirson, disant qu'il n'y a "pas de raison a priori de changer les dates d'entrée en vigueur" de la loi.

La lutte contre le suremballage plastique d'ici 2022 sera bien mise en oeuvre, a encore promis la secrétaire d'Etat.

Avec l'épidémie du coronavirus, des industriels font le choix d'emballer dans du plastique, dont des aliments. "Le plastique n'est pas une barrière contre le virus", a-t-elle indiqué, en rappelant que selon une étude publiée en mars dans la revue américaine NEJM le nouveau coronavirus est détectable jusqu'à deux à trois jours sur des surfaces en plastique, contre 24 heures sur du carton.

N.G. avec AFP