BFM Business

Le revenu universel n'a pas les faveurs des salariés français

Le revenu universel est une mesure promue par le candidat Hamon.

Le revenu universel est une mesure promue par le candidat Hamon. - Francisco Leong - AFP

D'après un sondage BVA, six salariés sur dix sont "opposés" à cette mesure. Ils sont 69% à la juger "non finançable".

La proposition promue par le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon ne fait pas l'unanimité. Six salariés sur dix sont défavorables à l'instauration d'un revenu universel en France, selon un sondage BVA pour le site mediarh.com.

Selon cette enquête, 59% des salariés se disent "opposés" à la mesure, contre 40% qui s'y disent "favorables". Et ils sont encore plus nombreux (69%) à la juger "non finançable".

Permettre de travailler moins

Le revenu universel est une somme d'argent versée à tous sans condition de ressources. Parmi les principaux candidats déclarés à l'élection présidentielle, seul Benoît Hamon (PS) défend un "revenu universel d'existence", qui s'élèverait, à terme, à 750 euros par mois.

Si une courte majorité des salariés (51%) pensent que le revenu universel augmenterait leur pouvoir d'achat, seulement 38% estiment qu'il permettrait de travailler moins, 37% qu'il favoriserait la mobilité professionnelle ou la création d'entreprise et 29% qu'il aiderait à diminuer le chômage.

Sondage réalisé en ligne du 14 au 17 février auprès d'un échantillon représentatif de 909 salariés d'entreprises de toutes tailles ayant déjà entendu parler du revenu universel.

D. L. avec AFP