BFM Business

Le président de l'UIMM lance un appel à Emmanuel Macron

Philippe Darmayan, président de l'UIMM

Philippe Darmayan, président de l'UIMM - ERIC PIERMONT - AFP

Philippe Darmayan, président de la fédération de la métallurgie, tire la sonnette d'alarme et demande au Président de la République de reconnaître le caractère essentiel de toutes les filières industrielles.

Il est à la tête de l'Union des industries et métiers de la métallurgie depuis 2017 et s'inquiète de la situation liée au coronavirus. "Après 26 jours de confinement, nous sommes dans une situation extrêmement préoccupante" alerte Philippe Darmayan dans le journal Le Parisien. Comme il l'expliquait sur BFM Business vendredi soir, "l'industrie va mal. On va vers le sentiment qu'après une crise sanitaire on approche une crise économique".

Dans le journal Le Parisien, le président de l'UIMM en appel au Chef de l'Etat et lui demande de reconnaître le caractère essentiel de toutes les filières industrielles, aujourd'hui en grande difficulté. "Parmi les secteurs de l'industrie, l'automobile est à moins 80% d'activité, l'aéronautique quasiment à l'arrêt, la sidérurgie à moins 80%. Sur l'ensemble de la chaîne, y compris les PME, toutes ces entreprises sont aujourd'hui sous perfusion de trésorerie. Cela ne peut pas durer très longtemps. Sans quoi nous allons nous retrouver demain face à une série de faillites".

"Nous sommes prêts pour un redémarrage"

Philippe Darmayan estime que l'activité peut et doit redémarrer. "Nous savons aujourd'hui comment faire tourner nos ateliers en toute sécurité et nous sommes prêts pour un redémarrage dans des conditions sanitaires irréprochables. Nous avons travaillé avec les syndicats pour pouvoir fonctionner en toute sécurité".

Le président de la fédération rappelle que toutes les activités industrielles sont essentielles en temps de confinement. "Chaque industrie fait des produits qui servent à ce qui est appelé l'industrie de la santé. Faire des masques demande une industrie du papier, une industrie de la couture, une industrie du plastique. Toutes les industries sont reliées entre elles. Et, finalement, chaque entreprise industrielle a aujourd'hui des activités essentielles pour la santé, l'alimentation, l'énergie...".

Il estime par ailleurs que le plan d'urgence ne suffira pas. "Il ne nous protègera pas du déclin si l'arrêt de l'activité dure encore trop longtemps. Il faudra un plan de relance, de retour à la normale, pour qu'on y voie clair. Il doit être bâti rapidement. N'ajoutons pas à la catastrophe un drame économique et social".

Le président de l'UIMM évoquait vendredi sur BFM Business un autre point selon lui fondamental: la défense commerciale de la France. "Mon inquiétude est que la Chine est repartie alors que la France est arrêtée. C'est un danger très important pour notre industrie".

Ce que Philippe Darmayan attend du discours du Président de la République prévu lundi soir?: "Qu'il nous dise: "Vous êtes essentiels à la nation", "J'ai compris que vous étiez capables de vous organiser face à la crise".

Sandrine Serais