BFM Business

Le patronat britannique réclame un New Deal à l'anglaise

Le patronat britannique réclame des investissements massifs dans les infrastructures.

Le patronat britannique réclame des investissements massifs dans les infrastructures. - Loin des yeux - Flickr -CC

L'organisation patronale britannique a appelé ce jeudi le gouvernement à investir massivement dans les infrastructures pour soutenir les entreprises inquiètes des conséquences du Brexit.

La puissante organisation patronale britannique CBI appelle jeudi le gouvernement à vite lancer un ambitieux plan d'investissement, afin d'aider les entreprises face aux incertitudes entourant le Brexit. Le patronat présente une série de propositions avant les annonces budgétaires que doit dévoiler le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, lors de sa déclaration d'automne le 23 novembre.

"Rarement une déclaration d'automne a été plus importante", écrit la CBI (Confederation of British industry) dans un communiqué, signe que ce rendez-vous est très attendu quelques mois après le vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. 

Un ralentissement économique à venir

L'économie britannique résiste plutôt bien pour l'heure, mais les économistes s'attendent à un ralentissement de l'activité dans les mois qui viennent, sans compter les craintes d'un "Brexit dur" alors que les négociations avec Bruxelles devraient commencer d'ici à mars prochain.

Pour la CBI, le gouvernement doit favoriser la confiance et l'investissement à court terme, et déployer un "ambitieux plan d'investissement dans l'infrastructure". Le patronat se prononce pour une augmentation des dépenses publiques d'investissement, afin qu'elles représentent 2% du produit intérieur brut, ce qui équivaudrait à injecter 6 milliards de livres de plus par an (6,7 milliards d'euros). Il évoque notamment une aide pour les secteurs des transports, du numérique et de la construction immobilière ainsi que pour les régions.

Des infrastructures vieillissantes

"Avec des taux d'intérêt au plus bas, il est désormais temps pour le Royaume-Uni de faire de sérieux efforts pour améliorer nos infrastructures vieillissantes", explique la directrice générale de la CBI Carolyn Fairbairn, citée dans le communiqué.

L'arrivée au pouvoir de la nouvelle Première ministre Theresa May s'est déjà traduite par deux décisions emblématiques, avec le feu vert accordé en septembre au projet de centrale nucléaire Hinkley Point et celui donné, mardi, à une troisième piste à l'aéroport d'Heathrow à Londres.

Une fiscalité plus attractive

En dehors des investissements, la CBI insiste également sur la nécessité d'avoir une fiscalité plus attractive, en particulier pour la recherche et le développement. L'organisation patronale soutient par ailleurs la décision prise par Philip Hammond début octobre d'abandonner l'objectif de son prédécesseur d'équilibrer les comptes du pays d'ici 2019/2020. "La CBI approuve l'approche plus flexible prise par le gouvernement", explique-t-elle, tout en soulignant que les finances publiques ont besoin d'être équilibrées à terme.

L'organisation patronale défend les intérêts de 190.000 entreprises de toute taille et de tout secteur, représentant 7 millions d'emplois soit un tiers du secteur privé du Royaume-Uni.

N.G. avec AFP