BFM Business

Le Parlement allemand approuve les mesures de soutien à la Grèce

Les députés ont été pressés par le ministre allemand des Finances de voter pour ces mesures

Les députés ont été pressés par le ministre allemand des Finances de voter pour ces mesures - -

Le Bundestag a largement voté ces mesures qui vont permettre d’éviter la faillite de la Grèce, mais qui représenteront plus de 2,7 milliards d’euros de manque à gagner pour Berlin.

Le Bundestag a largement donné son feu vert, ce vendredi 30 novembre. 473 députés allemands ont voté pour les mesures décidées par les créanciers publics de la Grèce, dans la nuit de lundi à mardi. 100 ont voté contre et onze se sont abstenus.

Ce vote était, symboliquement, important car les différents mécanismes adoptés par les bailleurs de fonds de la Grèce pour rendre la dette hellénique soutenable représentent un coût d'opportunité pour l’Allemagne.

Wolfgang Schaüble, le ministre allemand des Finances avait ainsi évoqué, jeudi, dans une réponse écrite à un député, un manque à gagner de 2,74 milliards d’euros pour Berlin, dont 600 millions pour la seule période 2013-2014.

L’accord passé par les créanciers d’Athènes prévoit, notamment, que la Banque centrale européenne reverse à la Grèce des profits qu’elle a réalisés sur des titres dette souveraine du pays hellénique, pour environ 10 milliards d’euros, plutôt que de les redistribuer aux autres pays. La part totale de l’Allemagne étant de 27% dans la BCE, le ministre a ensuite déduit ce chiffre de 2,74 milliards d’euros.

"Personne ne profite autant de la zone euro que les Allemands"

Les Européens ont également décidé de baisser les taux d’intérêts des prêts bilatéraux accordés à la Grèce en 2010. L’Allemagne devrait perdre 130 millions d’euros par an en raison de cette dernière décision.

Mais Wolfgang Schäuble avait néanmoins tout fait pour que les députés allemands donnent leur feu vert. Il avait ainsi déclaré que "Personne ne profite autant de la zone euro que les Allemands, économiquement et politiquement", afin de presser les locataires du Bundestag.

"L'ensemble des observateurs internationaux sont d'accord pour dire que le nouveau gouvernement grec s'est fortement engagé pour mettre en place les réformes convenues et que beaucoup de progrès ont été accomplis", avait-il par ailleurs souligné.

Julien Marion et AFP