BFM Business

Le limogeage de Batho, un rappel à l’ordre adressé à l’ensemble de la majorité

Delphine Batho a payé au prix fort ses critiques sur le budget 2014.

Delphine Batho a payé au prix fort ses critiques sur le budget 2014. - -

François Hollande a mis fin aux fonctions de Delphine Batho, le 2 juillet, après les critiques formulées sur le budget alloué au ministère de l’Ecologie. Le gouvernement entend ainsi montrer sa détermination pour réduire la dépense publique.

Delphine Batho a été virée du gouvernement le 2 juillet, pour la remplacer le député PS Philippe Martin, également membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée, a été nommé ministre de l’Ecologie.

Un limogeage qui intervient après les critiques sur le "mauvais budget" alloué à son ministère pour 2014, qui voit ses crédits baisser de 7%.

C'est un signe clair adressé par le chef de l'état à l'Exécutif : soit les ministres soutiennent la ligne du gouvernement, soit ils sortent tout de suite.

Aucune entorse à la réduction de la dépense publique

Et même si le communiqué de l'Elysée était laconique, le chef de l'Etat a pourtant confirmé de la façon la plus claire possible la ligne du gouvernement. Celle-ci peut se résumer en trois points : la réduction des dépenses publiques est une obligation, les engagements doivent être tenus et enfin, tous les minsitères doivent participer. Aucune discussion n’est permise.

Une fermeté assez nouvelle confortée par la rapidité de la prise de décision. Seulement quelques heures se sont écoulées entre les critiques de Delphine Batho, sa convocation à Matignon, et enfin l’annonce de l’Elysée sur son limogeage.

Du coup ce message est également un signal adressé à toute la majorité. Plus question de tergiverser, il faut agir. Et agir passe par une réduction promise comme historique de la dépense publique dans le budget 2014.

Emmanuel Duteil avec BFM business