BFM Business

Le Grèce obtient (enfin) une bouffée d’oxygène

La Grèce attendait depuis juin le versement de cette tranche de l'aide financière

La Grèce attendait depuis juin le versement de cette tranche de l'aide financière - -

Les ministres des Finances de la zone euro ont, ce jeudi 13 décembre, donné leur feu vert au versement d’une tranche de 34 milliards d’euros de l’aide financière accordé à la Grèce. Le pays méditerranéen attendait depuis juin le versement de cet argent.

Un très long épisode du feuilleton grec a pris fin, ce jeudi 13 décembre. Les ministres des Finances de la zone euro ont enfin acté le déblocage d'une tranche de l’aide européenne de 34,3 milliards d’euros.

A l’issue de la réunion, Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe, a assuré que cette tranche sera versée "la semaine prochaine" à Athènes. Le pays attendait cet aide depuis le mois de juin.

Le premer minsitre grec, Antonis Samaras a salué cette décision: "La Grèce s'est relevée. Les sacrifices du peuple grec n'ont pas été vains. Aujourd'hui est un jour nouveau pour la Grèce, il s'agit même d'un jour nouveau pour l'Europe", a-t-il déclaré à Bruxelles, avant le sommet européen.

Sur cette somme, 16 milliards d’euros serviront à recapitaliser les banques grecques, 7 milliards à assurer les dépenses de l’Etat et 11,3 milliards à couvrir l’opération de rachat de dette.

Le bon déroulement de cette dernière manœuvre représentait l’ultime obstacle au déblocage de l’aide financière. Elle consistait à désendetter le pays en rachetant à prix cassé ses titres de dettes auprès des créanciers privés. Le pays a bouclé l'opération mardi, et la France et l’Allemagne avaient estimé qu'elle était réussie.

Ces rachats font partie d’un ensemble de mesures, décidées le 27 novembre dernier par les créanciers publics d’Athènes. Elles doivent permettre à la Grèce de ramener son endettement colossal à 124% du PIB d'ici 2020, alors que le pays devrait atteindre le niveau de 190% du PIB en 2014.

Le FMI prêt à agir également

La Grèce avait aussi dû s'engager encore plus en avant dans l'austérité pour obtenir le déblocage de ces fonds. Elle avait ainsi voté en un plan de rigueur de 18,5 milliards d’euros d’économies sur trois ans.

Outre les 34,3 milliards d’euros d'aide européenne, un versement supplémentaire de 14,8 milliards surviendra "début 2013", a précisé le directeur du Fonds de secours européen, Klaus Regling.

Dans la foulée de l’annonce, la patronne du FMI Christine Lagarde a recommandé que son institution verse à son tour sa part de l’aide. Dans un communiqué, elle a indiqué qu’une décision formelle sur ce point pourrait être prise dès janvier, à l’occasion d’un conseil d’administration du FMI.

Julien Marion et AFP