BFM Business

Le futur "revenu de citoyenneté" italien est-il un revenu universel?

le leader du Mouvement 5 étoiles, Luigi Di Maio.

le leader du Mouvement 5 étoiles, Luigi Di Maio. - Alberto Pizzoli / AFP

L'accord de coalition en Italie reprend une mesure phare du Mouvement 5 étoiles: le "revenu de citoyenneté". Ce dispositif garantit à une personne seule un revenu d'au minimum 780 euros.

Plus de deux mois après les législatives, l'Italie va enfin avoir un gouvernement. Sortis victorieux du scrutin, la Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S) sont parvenus à s'entendre sur un accord de gouvernement, révélé ce vendredi sur internet par le M5S. 

Le texte conserve notamment une promesse emblématique du M5S: le "revenu de citoyenneté". Cette mesure garantit, à toute personne majeure et résidant en Italie, un revenu d'au minimum 780 euros par mois. À première vue, cela ressemble à un revenu de base ou universel, mais est-ce vraiment le cas? 

Conditions de ressources

En y regardant de plus près, le revenu de citoyenneté concerne un champ beaucoup plus restreint que le revenu universel. Une personne seule recevra 780 euros, mais si elle perçoit déjà un revenu, l’État ne lui versera qu’un complément. En clair, un Italien qui touche déjà une rémunération de 400 euros recevra un revenu de citoyenneté de 380 euros, explique le Corriere della serra.

En principe, le revenu universel est versé à tous, sans condition de ressources. Or, ici le montant de l'aide est modulé en fonction des revenus existants et ceux qui touchent déjà plus de 780 euros par mois ne sont pas éligibles. 

Autre différence, le projet du M5S prévoit le versement d’une somme unique par famille, allant de 1014 euros à 1872 euros selon le nombre de membres qui la compose. Dans le cadre du revenu universel, chaque personne majeure reçoit une somme fixe, qu'elle vive dans une foyer ou non et quel que soit le nombre d’enfants à charge.

Recherche d'emploi

Enfin, dans le cadre du projet du M5S, les Italiens pourront toucher le "revenu de citoyenneté" qu’à condition de chercher du travail. En cas de trois refus d’offres d’emploi, ils n’y auront plus droit. Finalement, le revenu de citoyenneté s’apparente davantage à une allocation chômage automatique. La mesure coûterait 15 milliards d'euros par an à l'État, selon les estimations.

À ce jour, aucun pays d’Europe n’a adopté de revenu universel. L’idée figurait dans le programme du candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, qui n'a pas passé le premier tour du scrutin. La Finlande est le seul pays du continent à avoir lancé une expérimentation. Plusieurs médias avaient relayé son arrêt, mais les autorités finlandaises ont démenti. Le test va se poursuivre jusqu’en décembre, le gouvernement choisira ensuite d’étendre ou d’abandonner la mesure.

Depuis le 1er janvier 2017, 2000 Finlandais âgés de 25 à 65 ans perçoivent 560 euros par mois et conservent cette somme même s'ils touchent un salaire. Un dispositif bien différent du revenu de citoyenneté italien.

J.-C.C.