BFM Business

Le Front national a emprunté 9 millions d’euros à une banque russe

Le parti dirigé par Marine Le Pen peine à se financer auprès des banques françaises.

Le parti dirigé par Marine Le Pen peine à se financer auprès des banques françaises. - Eric Feferberg - AFP

Le parti dirigé par Marine Le Pen a fait appel à la First Cezch Russian Bank, proche du pouvoir russe. Wallerand de Saint-Just, le trésorier du FN, l'a confirmé samedi 22 novembre.

Même si ses bons résultats aux dernières élections lui permettent d’envisager l’avenir sereinement, le Front national peine à trouver des sources de financement dans l’hexagone. Le parti dirigé par Marine Le Pen s’est donc tourné vers l’étranger, et a contracté fin septembre un prêt de 9 millions d'euros auprès de la banque russe First Cezch Russian Bank (FCRB), a déclaré samedi son trésorier Wallerand de Saint-Just, confirmant une information de Médiapart.

Il a ainsi confirmé que deux millions d'euros avaient déjà été versés au parti, et que le prêt avait été souscrit par l'intermédiaire du député européen frontiste Jean-Luc Schaffhauser. "Il y a longtemps que nous cherchons des prêts, notamment pour financer les campagnes électorales. Notre banque, comme la plupart des banques françaises et des banques européennes, refusent catégoriquement de prêter le moindre centime au FN et aux candidats du FN", a déclaré le cadre frontiste.

"Je ne pense pas que ce soit dirigé contre nous, je pense que c'est général et définitif à l'égard de tous les partis politiques et de tous les candidats. Et donc c'est M. Schaufhausser (...) qui a depuis longtemps pas mal de relations en Russie, et qui a dit: 'allez de ma part voir cette banque-là'", a ajouté Wallerand de Saint-Just.

Une "ingérence étrangère" dans la vie politique?

Dans un article publié samedi, Médiapart évoque un "intense lobbying des dirigeants frontistes à Moscou", symbolisé par une rencontre en février entre Marine Le Pen et le député nationaliste Alexander Mikhailovich Babakov, dont le nom apparaît sur la liste des personnes visées par les sanctions de l'Union européenne envers la Russie.

Selon Mediapart, ce prêt "pose la question de l'origine des fonds et d'une éventuelle ingérence étrangère dans la vie politique française", soulignant que cette banque est "de facto entre les mains d'un ancien cadre bancaire de l'Etat" russe, Roman Yakubovich Popov.

Wallerand de Saint-Just a, de son côté, déclaré à l'AFP ne pas connaître les "relations de M. Popov", et dit avoir été en contact avec des "techniciens de la banque", ajoutant que "tous les contrôles ont été faits" sur les premiers versements. Il a par ailleurs déclaré étudier un dépôt de plainte en diffamation contre le site, estimant que "par le biais des propos d'un prétendu avocat" et en "faisant référence aux juges d'instruction" Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi, "manifestement, Mediapart nous impute de participer à une opération de blanchiment d'argent". "C'est de la diffamation par insinuation", estime cet avocat de profession, qui déclare ne "rien [avoir] à cacher sur ce prêt".

Y.D. avec AFP