BFM Business

Le coeur de l'économie italienne menacé par le coronavirus

Au nord de Codogno, le principal foyer italien du virus, se trouvent les sièges d'importantes entreprises du pays, à l'instar de l'énergéticien Eni.

La crise sanitaire risque bien de se répercuter sur l'activité économique italienne. La Lombardie et la Vénétie qui réunissent 15 millions d'habitants, sont les deux régions les plus industrialisées d'Italie. A elles seules, elles représentent 30% du PIB et 40% des exportations.

Leur mise sous cloche pourrait entraîner de lourdes conséquences. Au nord de Codogno, le principal foyer italien du virus, on trouve notamment de nombreux sièges d'entreprises, comme l'énergéticien Eni. Plus au sud, l'Emilie-Romagne, une région collée à la Lombardie et à la Vénétie où plusieurs cas ont également été recensés, accueille les usines Ferrari et Lamborghini.

Le tourisme en première ligne

Ces dernières semaines, le nord du pays a d'ailleurs commencé à ressentir les effets de l'épidémie. Les Asiatiques n'ont pas été au rendez-vous de la fashion week de Milan et le carnaval de Venise, arrêté prématurément cette année, a également enregistré des pertes.

Surtout, le secteur du tourisme s'apprête à être sérieusement touché... Les réservations sont en chute libre pour les prochains mois, notamment en Vénétie, la région la plus visitée du pays. 

Raphaël Couderc avec OC