BFM Business

Le Brexit ou comment désintégrer l’Europe

Nicolas Doze sur BFM Business.

Nicolas Doze sur BFM Business. - BFM Business

Dans le débat de Good Morning Business, lundi 22 février, Nicolas Doze et Jean-Marc Daniel ont parlé des conséquences de l'accord passé avec la Grande-Bretagne pour la construction européenne.

David Cameron place l’Europe unie devant une échéance aux conséquences menaçantes: la possibilité d’un vote en faveur du Brexit le 23 juin prochain. En 1984, Margareth Thatcher avait obtenu son fameux "rabais", mais en échange elle avait accepté que l’Espagne et le Portugal rejoignent ce qui s’appelait encore la Communauté économique européenne. La Dame de fer ne s’était pas non plus opposée à ce que la présidence de la commission soit confiée à un Français connu pour ses positions fédéraliste, Jacques Delors.

La même année le 22 septembre, lors des 70 ans de la Première Guerre Mondiale à Verdun, François Mitterrand se rapproche d’Helmut Kohl en le tenant par la main face au mémorial. Ce n’était pas prévu et désormais l’Europe est assise sur cette amitié et cette réconciliation ferme entre la France et l’Allemagne. La nouveauté avec David Cameron, c’est que cette fois-ci, le Royaume-Uni ne fait aucune concession en échange de son "statut spécial". 

Quant au socle franco-allemand Merkel-Hollande, il apparaît bien fragile quand on le compare à celui que formaient leurs illustres prédécesseurs. L’épisode Brexit 2016 est un symptôme supplémentaire de cette Europe des Nations, de la désunion, parfois désintégrée où chacun joue sa carte personnelle. L'Europe est désespérément en cavale après sa propre histoire avec toujours un coup de retard.