BFM Business

La volonté de réformer de Macron séduit les Français, ses réformes non

Selon Odoxa, 61% des Français jugent que les décisions prises cet été par Emmanuel Macron en matière économique et sociale ne vont pas dans le bon sens.

Selon Odoxa, 61% des Français jugent que les décisions prises cet été par Emmanuel Macron en matière économique et sociale ne vont pas dans le bon sens. - ERIC PIERMONT / AFP

Si les deux-tiers des Français (64%) sondés par Odoxa pensent qu'Emmanuel Macron a raison de vouloir réformer en profondeur notre modèle économique et social, ils sont 61% à estimer que les réformes entreprises ne vont pas dans le bon sens.

Alors que le couple exécutif poursuit début septembre sa chute de popularité, le baromètre réalisé par Odoxa pour Aviva, Challenges et BFM Business envoie un nouveau signal mi-figue mi-raisin au pouvoir.

Du côté des bonnes nouvelles, selon cette enquête réalisée les 30 et 31 août auprès d'un millier de personnes, les deux-tiers des Français (64%) pensent qu'Emmanuel Macron a raison de vouloir réformer en profondeur notre modèle économique et social. Ils sont même 60% à penser qu’il ira au bout de ses réformes.

Autre bonne nouvelle pour le pouvoir actuel: sur le tempo des réformes, les Français considèrent qu'il les mène à un bon rythme (33%), voire qu'il ne va pas assez loin (26%). Les personnes sondées ne sont que 41% à estimer que l'exécutif "va trop loin".

-
- © -

En revanche, les premières décisions du gouvernement en matière économique et sociale leur ont majoritairement déplu. Ce sont 61% des Français qui jugent qu'elles ne vont pas dans le bon sens (62% à gauche, 59% à droite hors FN, et 77% auprès des sympathisants FN).

"Comme nous l’avions déjà vu sur le plafonnement des prud’hommes pour les ordonnances: c’était la seule mesure rejetée alors que toutes les autres étaient massivement approuvées - de 60 à 70% d’approbation dans notre sondage du 31 août dernier-, mais à elle seule elle suffisait à discréditer l’ensemble de la réforme proposée" explique Odoxa.

-
- © -

Résultat: l'indice de confiance chute de 18 points par rapport au sondage effectué il y a deux mois, début juillet 2017. Le rapport s'est inversé entre ceux qui se déclarent "plutôt moins confiants" concernant l'avenir de la situation économique en France et ceux qui se disent "plutôt plus confiants": 63% pour les premiers et 37% pour les seconds.

En termes d’impact sur le moral économique des Français, "Emmanuel Macron génère donc une déception comparable à celle que nous avions observée il y a cinq ans avec François Hollande" selon Odoxa.

-
- © -

À l’époque, dans la foulée de son élection en mai 2012, l’ex-Président avait fait bondir l’indice de moral économique de -32 points (avant son élection) à +9 (juste après son élection). Mais celui-ci était retombé à -37 à la rentrée de septembre 2012, soit une chute de 46 points en l’espace de trois mois.

Pour Emmanuel Macron, "le niveau en septembre reste moins mauvais que pour François Hollande (-26 au lieu de -37) mais, partant de plus haut, la baisse est finalement comparable: le moral économique des Français est passé de +16 au lendemain de son élection, à -26 un peu plus de trois mois plus tard, soit une chute de 42 points!" conclut l'institut de sondage.

Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 995 Français interrogés par Internet les 30 et 31 août 2017. Source: Odoxa pour Aviva, Challenges et BFMBusiness.

Frédéric Bergé