BFM Business

La paie des marins assurée en 2017 par le successeur du "logiciel fou" 

La mise en service du nouveau logiciel de paie Source Solde pour la Marine doit intervenir au deuxième semestre 2017

La mise en service du nouveau logiciel de paie Source Solde pour la Marine doit intervenir au deuxième semestre 2017 - Patrick Baz-AFP

En test actuellement, le logiciel de paie des soldes des militaires, qui succède à Louvois, entrera en service l'an prochain, pour commencer dans la Marine nationale. Les armées de Terre et de l'Air suivront, en 2018 et 2019.

Le ministère de la Défense travaille d'arrache-pied pour combler les failles béantes du système de paie Louvois et lancer son successeur au plus vite. Baptisé Source Solde, ce dernier va entrer en phase de tests moins d'un an après que ce marché public de 128 millions d'euros a été notifié à Sopra en avril 2015.

"D’ici la fin du premier trimestre, un système apte à calculer une solde sera présenté à la qualification " a expliqué Jean-Yves Le Drian. Le ministre de la Défense faisait le point sur l'état d'avancement du nouveau projet, piloté par la délégation générale de l'armement (DGA), appelé à succéder à Louvois.

La Marine calculera les "soldes à blanc" début 2017

"Ce logiciel fou était au carrefour de plusieurs difficultés majeures. C’est bien l’ensemble d’une chaîne qui révélait ses failles, depuis les systèmes d’informations de ressources humaines, les SIRH, jusqu’au calculateur Louvois lui-même, en passant par une organisation qui avait décidé trop vite la transformation" a déclaré le ministre qui a décidé son abandon en 2013.

La Marine nationale sera la première à "essuyer les plâtres" du nouveau logiciel Source Solde. En fait, elle le testera, durant une phase dite de "solde à blanc" qui durera sept mois à partir de l’été 2016. "Pendant cette phase, le système calculera des soldes sur de vrais dossiers" a ajouté le ministre.

Au terme de cette phase, la Marine débutera ensuite, durant le premier semestre 2017, une phase de calcul de soldes en double, en parallèle de Louvois. La mise en service de Source Solde pour la Marine devrait donc intervenir au deuxième semestre 2017 en prenant le relais progressivement l'ex-système de paie tant décrié. 

Le calcul des soldes de militaires est très complexe

Pour l’armée de terre, la mise en service est prévue en 2018. Pour l’armée de l’air et le service de santé des armées, elle aura lieu en 2019. 

Ce déploiement par étapes est une l'illustration du délicat compromis que doivent résoudre les équipes du ministère. Il s'agit de remplacer rapidement Louvois dont les dysfonctionnements pèsent encore sur le calcul des soldes (cf encadré) tout en respectant les étapes propres à un projet informatique complexe caractérisé par 250.000 soldes à payer, 250 critères de rémunération et 174 primes différentes !

"Faire subir 14 mois de tests au nouveau système, et lui faire ainsi vivre une année complète, m’a semblé indispensable. De plus, étager nos migrations d’un système à un autre, armée par armée, permet de concentrer nos efforts pour garantir un bon fonctionnement de l’ensemble à chaque étape" a résumé jean-Yves Le Drian.

Le fiasco de Louvois perturbe encore les soldes des militaires

Le ministère de la Défense a mis les bouchées doubles pour endiguer les dysfonctionnements majeurs du système de paie des soldes Louvois (LOgiciel Unique à VOcation Interarmées de la Solde). Ainsi, en novembre 2015, si 100% des militaires ont été correctement soldés, 91% l’ont été par Louvois sans anomalie mais 8% ont nécessité une régularisation avant le versement par Louvois. Environ 1% des effectifs (1.999 soldes sur près de 189.165) ont même été payés partiellement ou totalement, hors du système Louvois. Ce système informatique génère à la fois des soldes incomplètes ou, au contraire, des trop-versés.

En novembre 2015, le montant des trop-versés régularisés ou en cours de régularisation s’élevait à 363,2 millions d'euros, dont 177,4 millions étaient encaissés.

Le ministre, Jean-Yves Le Drian, a même évoqué une perte massive de données qui "a eu lieu en avril 2014" ajoutant, "Si nous pensons en avoir désormais maitrisé les causes, et les effets, la vigilance doit rester de mise. De même, chaque calcul rétroactif génère des désordres considérables dans le système. Enfin, les évolutions apportées à Louvois risquent à tout moment d’entraîner de nouveaux dysfonctionnements, du fait de son instabilité".

Frédéric Bergé