BFM Business

La France est le seul pays d'Europe où l'activité ne repart pas

L'activité a continué de se replier dans le secteur privé français, surtout dans le secteur manufacturier.

L'activité a continué de se replier dans le secteur privé français, surtout dans le secteur manufacturier. - -

La croissance enregistre un rebond en juillet en zone euro, selon l’indice PMI Markit publié ce 24 juillet. Mais en France, l’activité stagne, ce qui rend les prévisions de croissance de Bercy de plus en plus difficiles à tenir.

La croissance du secteur privé en zone euro a connu en juillet son rythme le plus rapide des trois derniers mois, selon la dernière enquête de Markit publiée ce jeudi 24 juillet. L'indice flash composite PMI ressort ainsi à 54,0 contre 52,8 en juin.

Mais en France, l'activité a continué de se replier dans le secteur privé français, surtout dans le secteur manufacturier. Le cabinet Markit note toutefois que le ralentissement est moins rapide que les trois mois précédents, grâce à un rebond dans les services. L'indice flash composite PMI, corrigé des variations saisonnières, se situe ce mois-ci à 49,4 points, après 48,1 en juin.

Au vu de ces chiffres, la France peut- elle toujours faire 1% de croissance cette année ? et 1,7% l'année prochaine ? Un principe de réalité semble gagner les esprits au plus haut niveau. En début de semaine, François Hollande a reconnu qu'un ralentissement de l'activité n'était pas impossible. Ce matin, Manuel Valls évoque une croissance trop faible.

Ukraine et Proche Orient pourraient fragiliser la reprise

Depuis quelques semaines, le gouvernement manie avec beaucoup plus de prudence son discours autour d'une amélioration de la conjoncture. Car le déclic tant attendu, le choc de confiance qui permettrait aux entreprises d'investir, d'embaucher, et les Français de consommer, n'est toujours pas visible.

Et pour couronner le tout, la nouvelle donne géopolitique avec les crises en Ukraine et au Proche Orient pourraient fragiliser encore plus la reprise en zone euro.

François Hollande et Michel Sapin ont encore tout le mois d'août pour scruter les signaux de l'économie française. Début septembre, il faudra arrêter un cadrage macro-economique dans le budget 2015, et éventuellement revoir à la baisse les prévisions de croissance.

Mathieu Jolivet avec BFMbusiness.com