BFM Business

La France est-elle trop généreuse avec ses chômeurs ?

-

- - -

Bruno Le Maire (chargé du projet de l'UMP pour 2012) s'interroge sur le montant des indemnités versées notamment aux cadres à hauts salaires se retrouvant au chômage. Leur allocation peut atteindre 6.600 euros par mois. Est-ce trop ?

Le dispositif français d'indemnisation du chômage est-il trop généreux avec les hauts salaires ? Le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire, également en charge du projet présidentiel de l'UMP pour 2012, s'est interrogé mercredi sur la capacité pour l'économie de conserver l'actuel dispositif d'indemnisation-chômage des anciens cadres supérieurs. A demi-mots, il suggère de serrer la ceinture pour cette catégorie de demandeurs d'emploi.

Jusqu'à 6.600 euros par mois pour les anciens hauts revenus

De tous les Etats de l'Union européenne, c'est en effet la France qui offre le meilleur traitement aux anciens hauts revenus. L'allocation peut atteindre 6.600 euros par mois pendant 2 ans, voire 3 ans pour les plus de 50 ans. Chez nos voisins, le plafond n'atteint que 2.500 euros mensuels. « D'autant qu'il n'y a pas de dégressivité sur ces deux ou trois années », estime le président de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, Pierre Méhaignerie. « En moyenne, on retrouve du travail au bout de 20 ou 21 mois. Dans les autres pays, la dégressivité démarre à 6 mois ».

« Absolument pas judicieux de remettre en cause ce système »

« Il n'est absolument pas judicieux de remettre en cause ce système », affirme au contraire Matthieu Plane, économiste à l'OFCE. « Si on réduit l'indemnisation mensuelle des cadres, si on réduit leur revenu, alors automatiquement on réduit leur pouvoir d'achat qui est important. Le résultat est très néfaste pour l'économie. Ils consomment moins et cela a un impact en termes de croissance ».
D'autres soulignent par ailleurs que cette catégorie de salariés cotise nettement plus que les autres lorsque ces derniers sont encore en activité. Etant moins touchés par le chômage, on peut considérer qu'ils sont « rentables » du point de vue de l'UNEDIC et qu'une indemnisation importante leur revient de droit lorsqu'ils perdent leur travail.

Et vous, qu'en pensez-vous ?