BFM Business

La députée LREM Olivia Grégoire veut que les indépendants puissent piocher dans leur épargne retraite

Invitée de BFM Business, la vice-présidente de la commission des Finances à l'Assemblée nationale défend cet amendement, qui pourrait faire partie du 3e projet de loi de finances rectificative.

Alors que le gouvernement doit soumettre cette semaine son troisième projet de loi de finances rectificatif (PLFR) pour cette année, et présenter son plan de relance en septembre, l'opposition s'interroge sur le calendrier. Attendre septembre, n'est-ce pas trop tard?

"On est encore dans l'urgence, (...) il faut sortir de l'urgence", martèle ce lundi sur BFM Business Olivia Grégoire, députée LREM. Néanmoins, la vice-présidente de la commission des Finances à l'Assemblée nationale souligne que des mesures sont actuellement prises.

"Cette semaine, on va continuer à abonder le Fonds de solidarité qui aide nos artisans et nos commerçants. On rajoute plus d'un milliard sur ce fonds", souligne la responsable.

Jusqu'à 10.000 euros récupérables

Des mesures de relance sont également au coeur du troisième PLFR. "Il y a déjà notamment au plan sectoriel beaucoup de choses qui relèvent de la relance dans le PLFR 3. (...) Et on ne va pas faire un plan de relance en dix jours sans consulter". 

La majorité milite d'ailleurs pour un amendement qui fait débat au sein du gouvernement, celui permettant aux indépendants de puiser des fonds bloqués dans leur épargne retraite via leur contrat Madelin.

"J'ai bon espoir qu'il passe et que le gouvernement nous entende", avance Olivia Grégoire. Le dispositif doit "permettre aux indépendants qui cotisent sur un plan d'épargne et notamment le Madelin (...) de piocher dans l'épargne Madelin (dont) les encours sont en moyenne de 20.000 à 30.000 euros. Et donc qu'ils puissent avoir accès à une partie de leur argent (...) à hauteur d'une somme qui leur permette de vivre et de sortir un peu de la crise aussi".

Reste à connaître le plafond de ce retrait. "On ne va pas libérer toute l'épargne salariale des indépendants", prévient la députée qui évoque "un montant qui ne soit pas trop faible", soit "8.000-10.000 euros" qui seront défiscalisés. 

Olivier Chicheportiche