BFM Business

La baisse du budget de la défense en Europe est "une ligne rouge" pour la France

Invitée sur BFM Business, la secrétaire d’État chargée des affaires européennes Amélie de Montchalin estime que la proposition finlandaise sur le prochain budget européen "est inacceptable".

"A la fin, il faut que l'on soit tous d'accord. Eh bien pour nous, il n'y aura pas d'accord s'il n'y a pas plus de moyens pour la défense". La sentence a le mérite d'être claire. La secrétaire d’État chargée des Affaires européennes, Amélie de Montchalin, était invitée ce jeudi sur le plateau de Good Morning Business. Elle est notamment revenue sur la proposition de budget européen de la Finlande (qui occupe la présidence tournante de l'Union européenne) pour la période 2021-2027.

"On est dans le cadre d'une négociation" explique-t-elle. "Il y a des choses qui nous vont très bien : il y a plus d'argent pour la PAC (politique agricole commune, NDLR), ce qui est une bonne nouvelle car c'est un élément de souveraineté". En revanche, les coupes prévues sur la défense ne passent pas. "Sur la défense, évidemment que c'est inacceptable (…) au moment même où on dit qu'on veut une Europe qui puisse s'affirmer dans le monde" tranche-t-elle.

"On a créé un fonds européen de défense (...). Maintenant il faut qu'on lui donne les moyens." Et de marteler: "sur ce sujet, pour nous, c'est une ligne de rouge. A la fin, il faut que l'on soit tous d'accord, et bien pour nous, il n'y aura pas d'accord s'il n'y a pas plus de moyens pour la défense."

La présidence finlandaise a proposé un budget raboté de plusieurs politiques européennes pour compenser le départ des Britanniques. "Si on est sérieux, il faut investir", a rétorqué la nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse.

Thomas Leroy