BFM Business

L’UE défend son accord commercial avec la Moldavie

Igor Dodon, président de la Moldavie.

Igor Dodon, président de la Moldavie. - Sergei Ilnitsky / POOL / AFP

La Commission européenne a rappelé les bénéfices économiques obtenus grâce à l’accord commercial passé entre l’UE et la Moldavie en 2014. Une mise au point sonnant comme une réponse au président moldave pro-russe qui a menacé dernièrement d’annuler ledit accord.

L'Union européenne a vanté ce jeudi les bénéfices économiques "pour les deux parties" de l'accord de libre-échange signé en 2014 avec la Moldavie. Un accord dit "d'association" que menace Igor Dodon, le nouveau président pro-russe. Les importations européennes en provenance de Moldavie ont augmenté de 5% en 2015 et la valeur des exportations agricoles de Moldavie vers l'UE a progressé encore "plus fortement", de 9% en 2015, souligne la Commission européenne dans un communiqué.

Des résultats positifs depuis 2014

Signé en juin 2014, cet accord qui comprend un important volet sur le libre-échange de biens et de services, "est en train d'être appliqué avec des résultats positifs pour les deux parties", ajoute la porte-parole Maja Kocijancic dans un communiqué. L'UE est le principal partenaire économique de la Moldavie, comptant pour environ 62% de ses exportations, devant la Russie (12%) et le Bélarus (6,7%), selon des chiffres de l'exécutif européen.

Mardi, le nouveau président moldave élu en novembre, le pro-russe Igor Dodon, avait évoqué à Moscou son intention de renégocier dès février cet accord, censé initialement sceller le rapprochement entre les Européens et ce petit pays pauvre de 3,5 millions d'habitants coincé entre la Roumanie et l'Ukraine. "Je n'exclus pas qu'après les prochaines élections législatives (...) cet accord soit annulé", avait-il déclaré devant la presse après avoir été reçu par son homologue russe, Vladimir Poutine, pour sa première visite officielle.

L’UE “impatiente” de recevoir le président moldave

Vlad Plahotniuc, le président du Parti démocratique qui est à la tête de la coalition parlementaire actuellement majoritaire, a prévenu de son côté que le Parlement "bloquera(it)" toute dénonciation de ce "bon accord". Pour Bruxelles, l'accord d'association "est le fondement principal des relations bilatérales UE-Moldavie et offre un cadre légal fort pour nos liens politiques et commerciaux". "Nos contacts avec les autorités de Moldavie sont dédiés à la poursuite du succès (de l'accord) pour le bénéfice des citoyens moldaves" et "nous sommes impatients de recevoir le président Dodon à Bruxelles dans un avenir proche", fait encore valoir la porte-parole.

Le président Dodon a indiqué qu'il se rendrait à Bruxelles "début février" pour discuter avec ses homologues européens et, notamment, leur "montrer les chiffres" prouvant l'échec de l'accord avec l'UE.

P.L avec AFP