BFM Business

L'incroyable enveloppe que l'Allemagne prévoit pour accueillir les réfugiés

1,9 millions de réfugiés devraient rejoindre l'Allemagne entre 2016 et 2020

1,9 millions de réfugiés devraient rejoindre l'Allemagne entre 2016 et 2020 - AFP

"Le gouvernement allemand prévoit de dépenser pas moins de 93,6 milliards d'euros d'ici à 2020 pour l'accueil des demandeurs d'asile, selon le Spiegel. 2 millions de réfugiés devraient arriver en Allemagne d'ici là."

Berlin va mettre la main à la poche pour financer sa politique d'accueil des réfugiés. Et pas qu'un peu. Selon des informations rapportées par le Spiegel, le gouvernement table sur un total de 93,6 milliards d'euros de dépenses sur la période 2016-2020.

Soit environ 16 milliards d'euros par an, 20 fois ce que la France a budgété cette année (803 millions d'euros) en crédits de paiement pour la mission "Immigration, asile et intégration". Der Spiegel cite un document émanant du ministère des Finances qui prévoit l'arrivée de 600.000 demandeurs d'asile en 2016, 400.000 en 2017 et 300.000 par an sur la période 2018-2020.

De 16,1 milliards d'euros cette année, les dépenses pour les réfugiés devraient gonfler ainsi à 20,4 milliards d'euros en 2020.Un budget qui se rapproche tout doucement des dépenses militaires allemandes (36,6 milliards d'euros).

55% d'entre trouveraient un travail

Dans le détail, 25,7 milliards d'euros vont financer les aides que le gouvernement va leur accorder sur le loyer ou les dépenses de santé, 4,6 milliards d'euros serviront à faciliter leur intégration sur le marché de l'emploi, et 5,7 milliards d'euros seront dépensés pour leur donner des cours d'allemand.

Déjà en 2015, l'Allemagne avait accueilli 1,1 million des réfugiés. Et le ministère allemand des Finances s'attend à ce que 55% des 3 millions de migrants arrivés depuis 2015 et jusqu'à 2020 trouvent un travail.

Le Spiegel explique que, par ailleurs, l'État et les Länder (régions allemandes) sont en désaccord sur la répartition du coût. En plus des chiffres précédemment évoqués qui ne concernent que le budget fédéral, les Länder pourraient ainsi mettre sur la table 21 milliards d'euros en 2016 et jusqu'à 30 milliards en 2020.

Des avantages économiques

Au-delà du coût, les arrivées massives de réfugiés ne sont pas sans avantage économique pour l'Allemagne. Elles permettent notamment de compenser la baisse de la population active outre-Rhin. Avec la faible natalité allemande (1,47 enfant par femme contre 1,96 en France en 2015), le nombre de personnes actives sur le marché du travail allemand diminue chaque année de 190.000 à 215.000 selon l'agence des statistiques Destatis. Avec cet afflux de réfugiés, la population active a au contraire progressé de 70.000 personnes en 2015.

De plus, les dépenses publiques générées ont l'avantage d'avoir certaines répercussions. Elles avaient ainsi généré un important surplus de consommation: 0,2% du PIB en 2015, soit une part non négligeable de la croissance (1,7% l'an passé), selon l'Insee.

J.M.