BFM Business

L'armée de terre devient le premier recruteur français

L'armée de terre va recruter plus de 10.000 soldats en 2015, devenant ainsi le premier recruteur français.

L'armée de terre va recruter plus de 10.000 soldats en 2015, devenant ainsi le premier recruteur français. - BERTRAND GUAY - AFP

L'armée de terre devient le plus vaste pourvoyeur d'emplois en 2015, en étoffant ses effectifs de plus de 10.000 soldats. Ils auront pour mission de "réinvestir le territoire national".

L'armée de terre sera en 2015 le premier recruteur de France. 11.000 postes sont à pourvoir cette année. En 2014, le plus important pourvoyeur d'emplois dans l'Hexagone était le géant du service à la personne: le groupe privé O². Cette année, c'est un acteur public, réalité étonnante à l'heure où le gouvernement n'a que le mot économie à la bouche. A quoi vont servir ces nouveaux postes?

Le chef d'Etat-major de l'armée de terre indique qu'il s'agit de réinvestir le territoire national, de réaffirmer un engagement intérieur de l'armée de terre à l'égard de la nation pour répondre à une menace intérieure. C'est un bouleversement total, intervenu en quelques mois, par rapport à ce qui était configuré dans le cadre de la loi de programmation militaire, le texte qui planifie les dépenses militaires de l'Etat jusqu'en 2019.

En somme, l'armée de terre est en train de nous dire que nous sommes en guerre. Une guerre à laquelle on ne peut plus répondre selon le canevas décidé en 1912 par Michel Debré dans le cadre de son livret blanc sur la Défense, qui prévoyait notamment une répartition stricte entre corps d'armée, division et brigade. Aujourd'hui, la France a besoin d'une structure bien plus souple que celle-ci, organisée par métier.

Le chef d'Etat-major de l'armée de terre a ainsi évoqué huit fonctions, parmi lesquelles les pilotes d'hélicoptère, les forces spéciales, la maintenance, la logistique et, métier essentiel: la défense du territoire national. Une dernière mission qui nécessite le recrutement de 10.000 hommes par an, sur 77.000 hommes actuellement.

Une armée de terre jugée obsolète il y a vingt ans

A titre de comparaison, l'armée de terre britannique, l'autre grande armée de terre européenne avec la française, va porter ses effectifs à 50.000 hommes d'ici très peu de temps. Hormis au Royaume-Uni, il y a très peu d'exemple en Europe d'une telle montée en puissance de l'armée de terre, et de l'armée tout court.

Quel retournement pour une armée de terre dont l'utilité, il y a à peine vingt ans, était complètement remise en cause. A l'époque, on pensait que la guerre serait menée depuis les avions et les satellites. Aujourd'hui, les militaires retournent sur le terrain. Le chef de l'Etat-major de l'armée de terre, qui emploie un langage de gestionnaire, explique "nous sommes actionnaires majoritaires à 80% des forces spéciales". Un moyen de rappeler le cœur du dispositif de ce qu'est l'armée de terre.

Pour autant, certaines questions qui relèvent de la bonne gestion n'ont pas encore été posées, comme celle de l'efficacité du coût rapporté au rendement. On utilise des techniciens de régiment des transmissions ou des officiers d'hélicoptère pour faire des patrouilles dans les RER et les gares. L'adéquation des ressources humaines face à des missions qui peuvent s'apparenter à celle de la police peut donner lieu à interrogation. Elle représente en tout cas clairement une spécificité française à l'échelle de l'Europe. 

Benaouda Abdeddaïm, édité par N.G.